Embryologie et “organes vestigiaux”, réfutation des thèses évolutionnistes

L’embryologie est l’étude du développement d’un organisme depuis l’oeuf fécondé jusqu’à l’âge adulte- ce que l’on nomme l”ontogénie”. Selon Darwin, l’ontogénie était l’un des arguments les plus solides en faveur de sa théorie de l’évolution. Son point de vue est encore partagé par de nombreux évolutionnistes à l’heure actuelle.
En 1828, Karl Von Baer avança quelques idées générales à propos de la façon dont les enmbryons se développent. Il remarqua qu’aux stades primitifs du développement il y avait une similarité entre les embryons – pas si surprenante que cela car bien sûr tout embryon est au départ un oeuf. Mais lorsque l’embryon se développe, les chemins du développement divergent. Par exemple, l’embryon d’un poisson ressemble d’abord à un embryon humain, et pourtant ils ne sont jamais identiques et se distinguent de plus en plus au fil de leur de leur développement.Darwin et ses disciples étaient persuadés que la ressemblance initiale de ces embryons était une preuve intangible de l’évolution. Plus tard cette idée sera reprise par Ernst Haeckel dans ce qui sera connu sous le nom de “Théorie de la récapitulation”.

2) Théorie de la récapitulation

En 1866 ernst Haeckel publia sa théorie selon laquelle “l’ontogénie récapitule la phylogénie” .En d’autres termes, alors que l’embryon se développe, il répète les stades successifs des formes adultes de ses supposés ancêtres. De nos jours aucun scientifique sérieux considère qu’il y ait quelque vérité dans les thèses de Haeckel. Et pourtant ses idées sont encore très influentes sur le grand public. Il faut savoir que la théorie de la récapitulation n’est presque jamais évoquée par les évolutionnistes les plus éminents de notre époque- c’est un sujet qui a causé trop d’embarras à la profession scientifique dans le passé.

3) Les “organes vestigiaux”

De nombreuses espèces possèdent certaines structures biologiques qui n’ont en apparence, aucune fonction particulière. Darwin affirmait que ces “organes vestigiaux” étaient dégénérés ou atrophiés et qu’il étaient aux stades précédents de leur évolution, nécessaires.  Ils voyaient en eux une autre preuve que sa théorie était valide. Alors que notre connaissance a aujourd’hui progressé sur le sujet, la liste de ces organes vestigiaux a fortement diminué. Wiedersheim au XIXe siècle en comptait une centaine. On n’en dénombre aujourd’hui que quatre ou cinq. Et même cette liste est à mettre en question. L’appendice, le coccyx, s’avèrent être des parties essentielles de notre organisme. Quand on regarde de plus près les “faits” qui constituent les fondements de la théorie de l’évolution, on voit qu’un par un, ils s’évaporent et n’ont pas la solidité qu’on leur attribuait au premier abord. Est ce que le modèle évolutionnaire des origines donne des réponses crédibles pour expliquer ce qui s’est rééllement passé, la réponse est non! Quel que soit l’angle sous lequel on l’aborde.

http://ws.amazon.fr/widgets/q?ServiceVersion=20070822&MarketPlace=FR&ID=V20070822%2FFR%2Fwwwavraidir05-21%2F8003%2F622bd76b-1f27-466d-b1e1-ad6f9d1cda3e&Operation=GetDisplayTemplate Widgets Amazon.fr

23 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Science

23 responses to “Embryologie et “organes vestigiaux”, réfutation des thèses évolutionnistes

  1. A mes yeux, commme à ceux de tous les athées, “la similarité entre les embryons au début de leur développement” est une preuve flagrante de l’Evolution,(à moins évidemment d’avoir décidé par avance que celle-ci ne peut pas avoir eu lieu).
    En effet, s’il n’y avait pas eu Evolution, il eut été logique les oeufs des différentes espèces aient été différents, puisque devant aboutir à des résultats différents.
    De même qu’un enfant ressemble à l’un de ses parents, et non l’inverse, ce n’est pas “l’embryon d’un poisson qui ressemble à l’embryon d’un humain”, mais l’inverse, puisque le poisson a précédé l’humain dans l’échelle animale.
    Il était prévisible que HAECKEL ait déduit de cette ressemblance embryonnaire qu’il y avait “récapitulation ancestrale”(cf la présence de “branchies” temporaires chez l’embryon humain, baignant d’ailleurs dans le liquide amniotique). Le fait qu’il soit apparu qu’il n’y avait pas de “récapitulation ancestrale” n’invalide nullement la preuve que constitue la ressemblance. Et il était normal que les scientifiques ne l’évoquent plus, ce qui ne leur cause aucun “embarras”, puisque toute hypothèse scientifique est par définition susceptible d’être invalidée, ne fût-ce que partiellement.

    Les “organes vestigiaux”, même si leur nombre est passé d’un centaine a quatre ou cinq, constituent une autre preuve flagrante de l’Evolution (à moins de nouveau de l’occulter par principe).
    Les dents de sagesse, pour écraser la viande crue, l’appendice pour la digestion de la cellulose, le coccyx et ses petits muscles pour l”équilibre dans les arbres, les poils pour compenser l’absence de vêtement, la caroncule lacrymale, protection supplémentaire, vestige de la 3e paupière des chats par exemple, sont autant d’éléments de preuve qu’il y a eu Evolution. Il faut être croyant et créationniste, comme SCADDING, pour estimer que “ces organes vestigiaux ne sont pas des preuves, sous prétexte “qu’il est impossible d’identifier sans ambiguïté les structures inutiles et que la structure de l’argumentation utilisée n’est pas valable scientifiquement”. Loin d’être encore “des parties essentielle de notre organisme”, ces organes sont devenus inutiles. L’utilité très partielle de certains de ces organes, qui sert d’argument aux créationnistes, (par exemple quelques immunoglobines secrétées par l’appendice) résulte a priori d’une adaptation dans le sens d’une nouvelle fonction partielle, ce qui n’est pas étonnant en quelques centaines de millions d’années.
    “Qu’on les regarde un par un,”, ou ensemble, ces organes “qui constituent les fondements de l’Evolution”, loin de “s’évaporer”, la confortent. Ce n’est pas parce que “la solidité qu’on leur attribuait au premier abord” a été nuancée par la suite, que ces faits d’observations sont moins probants. “Le modèle évolutionnaire des origines” donne déjà des réponses amplement suffisantes, parce que toujours convergentes, pour avoir au moins une idée de ce qui s’est passé. Mais il serait illusoire d’espérer découvrir un jour “ce qui s’est réellement passé”.

    Ces considérations n’ont évidemment pas pour but de convaincre un créationniste de devenir évolutionniste : on ne peut que se convaincre soi-même, et à son heure, s’il échet.

    Michel THYS
    .-= Michel THYS´s last blog ..L’étude du CNRS sur l’évolutionnisme et le créationnisme. =-.

  2. Antoine,

    ce petit com pour t’adresser un double message:

    * Encouragement! Continue ce bon travail que tu as entrepris, ton Père céleste te guidera dans toute la vérité par son Esprit, afin que tu témoignes de la gloire de son Fils Jésus.
    * Critique: pourquoi autant de publicité? Es-tu à ce besoin dans le besoin que tu doives recourir à ce procédé? Et si comme tu l’as dit tu veux utiliser cet argent pour la cause de l’Evangile pourquoi ne pas clairement présenter les projets auxquels tu destines l’argent récolté? Je vois même que tu fais appel aux dons…
    Que vas-tu faire de tous ces gains?
    On est en droit de se poser la question; et le manque de transparence ne peut que te desservir. D’autant plus que les lecteurs subissent la publicité qui est réellement une pollution visuelle.
    .-= stephanzr´s last blog ..Jesus est : Roi des rois et Seigneur des seigneurs apoc 19;16 =-.

    • Merci pour tes encouragements et même pour la critique! En fait, presque personne ne s’est plaint de la pub et je pense que la majorité des internautes sont habitués. Pour ma part, même quand je visite un autre site, je ne trouve pas que çà “pollue l’écran”, sauf pour les pop-ups que je déteste. Si tu cliques sur les pubs elles s’ouvrent dans une autre fenêtre et tu peux revenir sur le site très facilement. Si tu ne cliques pas elles ne s’imposeront pas à toi. Je trouve en fait que çà “habille” la page, souvent avec des illustrations, des couleurs, des animations, et que çà donne au site une image plus professionnelle. Je ne sais pas si les autres visiteurs de ce site pensent la même chose que moi, mais quand je vois un site avec de la pub, je me dis que les annonceurs font confiance à ce site, çà lui donne de la crédibilité. Mais je comprends que les avis divergent à ce sujet.

  3. Michel Julien

    Si nous examinons l’histoire de l’évolution, ce sont d’interminables séries de preuves annoncées avec éclats qui avec le temps sont réfutés les une après les autres. Elles sont remplacées par d’autres qui finirons immanquablement de la même manière un jour ou l’autre. Entre temps ces fausses découvertes sont enseignées comme des faits hélas et ont servis d’outils principaux d’endoctrinements autant chez les professeurs, les élèves que celui du grand public. Dans les manuels scolaires on en retrouve toujours. Si l’évolution était prouvée alors pourquoi avoir recours si souvent à la falsification? Si l’évolution était prouvée, pourquoi il n’y a-t-il pas d’unanimité? Pourquoi limiter ou interdire le droit de parole aux opposants? Pourquoi de plus en plus d’hommes de science critiquent ouvertement cette doctrine?

    Il n’a rien de plus complexe que la vie. Nous savons grâce à l’ADN qu’elle était complexe dès le début. L’information contenue dans la plus simple des cellules vivante est hallucinant. Tous se doivent d’être présents en même temps, car un ne peu pas fonctionner sans l’autre. Non seulement en même temps mais dans un ordre exact! Non seulement dans un ordre exact mais la cellule se devait d’être programmée dès le début! Qui dit programme, dit programmeur! L’information contenue dans la plus humble des cellules représente des centaines de volumes. Non seulement cette première cellule ce devait de posséder tous ces attributs, elle se devait d’être prête à se reproduire. Tout ça dans un instant! Aucune marge d’erreur possible et en plus se devait d’être protégée des rayons cosmiques mortels!

    S’il y eut évolution, l’évolution aurait laissée des traces faciles à reconnaître sur les milliards de milliards d’animaux décédés. Toutes les espèces sont apparues dans une même période de temps, sans membres à moitiés conçus, c’est contraire à l’évolution. Le document fossile n’apporte pas de preuves. On ne voit pas de transition d’une espèce à l’autre. De plus on trouve parmi les espèces éteintes chiffrées en plusieurs dizaines de millions d’années, des animaux semblables à ceux d’aujourd’hui. On dispose de millions de fossiles aujourd’hui et les évolutionnistes sélectionnent ceux qui pourraient le mieux appuyer leur idéologie. Malgré cela, beaucoup d’évolutionnistes ont renoncés de s’appuyer sur le document fossile. Les preuves irréfutables auraient dû depuis très longtemps être faites par les fossiles. Quant aux mutations, elles n’ajoutent rien, c’est de la perte d’information, le contraire de l’évolution. Ces dernières sont en grandes majorité négatives ou au mieux neutres. À Tchernobyl, Hiroshima et Nagasaki par exemple des centaines de milliers de gens exposés aux radiations ont été victimes de mutations génétiques. Aucune n’a été bénéfique pour eux.

    Est-ce par hasard que notre soleil, la lune et la terre et son axe soient positionnés si parfaitement? Est-ce par hasard que la terre contient autant d’eau, qu’il y a un mélange de gaz idéal pour nous protéger des météorites et des rayons cosmiques et pour respirer? Est-ce un hasard que la terre se trouve à l’endroit idéal dans la voie Lactée? Est-ce par hasard que l’Univers est régi par des lois? Qui dit lois dit législateur.

  4. @ Michel JULIEN.
    Votre commentaire m’incite à compléter celui que j’avais fait la 12 janvier 2010 à propos des organes vestigiaux.
    J’observe que les créationnistes et partisans du “dessein intelligent” invoquent notamment les « arguments » suivants :
    – “la science s’occupe du comment ; la religion du pourquoi”. Comme si deux hypothèses contradictoires pouvaient être vraies en même temps, selon le point de vue ou le « niveau, la sphère, le registre ». Comme si l’erreur n’existait pas.
    La question du pourquoi est subjective et n’a d’ailleurs pas de sens en sciences.
    – “l’harmonie, la beauté de la nature”, en fait apparentes et subjectives, car imperceptibles par les autres primates, ou encore l’ordre apparent de l’univers (malgré les cataclysmes naturels),
    -“l’impossibilité de reproduire expérimentalement les processus évolutifs” qui ont eu lieu en des millions d’années. Et pour cause ! C’est évidemment impossible en éprouvettes !
    – “l’absence d’évolution de certaines espèces” comme les tortues ou les lézards. C’est pourtant normal si l’environnement ne change pas.
    – “les chaînons manquants et les lacunes actuelles de la science”. Il y en aura forcément
    toujours !
    – “les rares fraudes”, indignes de vrais scientifiques, etc.

    A moins de refuser d’ouvrir les yeux, ne fût-ce que sur nos doigts de pieds non fonctionnels et donc atrophiés, l’Evolution apparaît pourtant comme un fait flagrant, et non plus comme une théorie (même Jean-Paul II, a dû l’admettre, mais avec Dieu comme organisateur !).
    Certes, il est évidemment impossible de démontrer scientifiquement, c’est-à-dire de reproduire expérimentalement, la réalité de l’Evolution, ne fût-ce qu’à cause de sa complexité et des bouleversements climatiques et géologiques intervenus pendant des milliards d’années.
    Mais d’innombrables observations, toujours convergentes, confirment qu’elle a eu lieu : par exemple le fait que tous les embryons des vertébrés se ressemblent au début de leur développement (présence d’une queue ou de branchies, par exemple, mais sans qu’il y ait pour autant « récapitulation ancestrale ), etc …

    Il importe peu finalement qu’il y ait eu, ou non, micro ou macroévolution, adaptations aléatoires, mutations positives ou non, etc … Notre ignorance des mécanismes bio-physico-chimiques qui ont présidé à la complexification du vivant et à l’évolution des espèces restera toujours partielle. Tout comme, par exemple, l’explication de l’aptitude des seuls neurones humains à « produire » la pensée créatrice et l’imaginaire, aptitude qui est, elle aussi, un fait incontestable, mais déjà suffisamment explicable pour se passer d’une intervention divine.

    A mon sens, la question fondamentale est donc :
    Pourquoi les créationnistes ou partisans du “dessein intelligent » le sont-ils ?
    Ont-ils vraiment choisi de l’être ?
    Pourquoi sont-ils manifestement imperméables à toute argumentation rationnelle et scientifique ?
    Pourquoi des scientifiques croyants, ne pouvant plus contester le fait de l’Evolution, tentent-ils de faire du « dessein intelligent » une « théorie scientifique” digne d’être enseignée au même titre que l’évolutionnisme, alors qu’il s’agit d’une croyance, du fait sa référence transcendantale ?
    Pourquoi veulent-ils à tout prix concilier la foi et la raison, la religion et la science ?

    Je propose quelques hypothèses explicatives. Peut-être notamment :
    – parce que la plupart des humains supportent mal les incertitudes métaphysiques imaginaires et qu’ils ont besoin d’explications immédiates et sécurisantes.
    -parce que la notion de commencement, et donc de création, est anthropomorphique et sécurisante.
    – parce qu’il est difficile, à notre échelle moins que centenaire, de se représenter l’influence que des centaines de millions d’années a eue sur l’ Evolution, ce qui explique pourtant la complexification du vivant et la variétés des espèces.
    – parce que, comme l’a dit le Pasteur évangélique Philippe HUBINON :
    « S’il n’y a pas eu création, tout le reste s’écroule ! » … Donc aussi Dieu, etc … !
    – mais sans doute aussi à cause des influences éducatives inconscientes, même chez des scientifiques par ailleurs éminents.

    En effet, par orgueil et méconnaissance des « mécanismes » cérébraux, ils ne semblent pas avoir envisagé un seul instant que leur éducation religieuse et leur milieu croyant unilatéral aient pu laisser des traces indélébiles dans leur cerveau émotionnel, au point d’influencer leur cerveau rationnel et d’anesthésier leur esprit critique, indépendamment de leur intelligence et de leur intellect, dès qu’il est question de religion.

    Comme l’a écrit le neurobiologiste Henri LABORIT : ” (…) Je suis effrayé par les automatismes qu’il est possible de créer à son insu dans le système nerveux d’un enfant. Il lui faudra, dans sa vie d’adulte, une chance exceptionnelle pour s’en détacher, s’il y parvient jamais.(…) Vous n’êtes pas libre du milieu où vous êtes né, ni de tous les automatismes qu’on a introduits dans votre cerveau, et, finalement, c’est une illusion, la liberté ! ».

    Or, c’est, me semble-t-il, un fait d’observation sociologique : statistiquement, la liberté de croire ou de ne pas croire est souvent compromise, à des degrés divers, par l’imprégnation de l’éducation religieuse familiale, forcément affective puisque fondée sur l’exemple et la confiance envers les parents, et confortée par l’influence d’un milieu culturel, unilatéral puisqu’il exclut toute alternative laïque non aliénante et qu’il incite, à des degrés divers, à la soumission à une Vérité exclusive et dès lors intolérante.
    L’éducation coranique en témoigne hélas à 99,99 %.

    La soumission religieuse s’explique : après Desmond MORRIS qui l’avait pressenti en 1968, dans « Le Singe Nu » (dominant/dominé), Richard DAWKINS estime, dans « Pour en finir avec dieu », que du temps des premiers hominidés, le petit de l’homme n’aurait jamais pu survivre si l’Evolution n’avait pas pourvu son cerveau tout à fait immature de gènes le rendant dépendant et totalement soumis à ses parents (et donc plus tard à un dieu … !).

    Dès 1966, le psychologue-chanoine Antoine VERGOTE, alors professeur à l’Université catholique de Louvain, a montré, sans doute à son grand dam, qu’en l’absence d’éducation religieuse, la foi n’apparaît pas spontanément, et que la religiosité à l’âge adulte en dépend. Son successeur actuel, le professeur Vassilis SAROGLOU, le confirme. Ce nouveau mécanisme de défense, animiste du temps des premiers hominidés, puis polythéiste, n’est apparu que grâce à la capacité évolutive du seul cortex préfrontal humain, à imaginer, grâce au langage et par anthropomorphisme, un « Père protecteur, substitutif et agrandi » , fût-il de nos jours qualifié, par rationalisation, de « Présence Opérante du Tout-Autre »(A. Vergote).

    Des neurophysiologistes ont par ailleurs constaté que chez le petit enfant, alors que les hippocampes (centres de la mémoire explicite) sont encore immatures, les amygdales (celles du cerveau émotionnel) sont déjà capables, dès l’âge de 2 ou 3 ans, de stocker des souvenirs inconscients (donc notamment ceux des prières, des cérémonies, des comportements religieux des parents, …, sans doute reproduits via les neurones-miroirs du cortex pariétal inférieur. Ces « traces » neuronales, renforcées par la « plasticité synaptique », sont indélébiles …
    L’ IRM fonctionnelle confirme que le cortex préfrontal et donc aussi bien l’esprit critique que le libre arbitre ultérieurs s’en trouvent anesthésiés à des degrés divers, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect, du moins dès qu’il est question de religion.

    On comprend que, dans ces conditions, certains athées comme Richard DAWKINS, ou certains agnostiques, comme Henri LABORIT, au risque de paraître intolérants, aient perçu l’éducation religieuse précoce, bien qu’a priori sincère et de « bonne foi », comme une malhonnêteté intellectuelle et morale.
    Pourtant, bien que les religions, et a fortiori leurs dérives (guerres religieuses, inégalité des femmes, excisions, …) soient plus nocives que bénéfiques à tous points de vue, il va de soi que la croyance en l’existence subjective de « Dieu », restera toujours un droit légitime et d’autant plus respectable qu’elle aura été choisie en connaissance de cause, plutôt qu’imposée précocement.
    Puisse l’avenir favoriser l’avènement d’un système éducatif fondé sur un humanisme, non pas athée mais laïque car non prosélyte, qui permettrait à chacun de choisir aussi librement que possible de croire ou de ne pas croire.

    Michel THYS à Waterloo. michelthys@base.be http://michel.thys.over-blog.org

    Références bibliographiques.
    Mes hypothèses explicatives quant à l’origine psychologique et éducative de la foi, ainsi qu’à sa fréquente persistance neuronale, sont le résultat de nombreuses lectures. Notamment :

    – Antoine VERGOTE, chanoine, « Psychologie religieuse », du, Ed. Dessart 1966,
    ancien professeur à l’Université catholique de Louvain.1966.
    – Vassilis SAROGLOU (son successeur) & HUTSEBAUT, D
    « Religion et développement humain »,. 2001.
    – – Patrick JEAN-BAPTISTE « La biologie de dieu » 2003 Agnès Viénot 2003.
    – Jean-Didier VINCENT « Voyage extraordinaire au centre du cerveau » O. Jacob 2007.
    – V.S. RAMACHANDRAN « Le fantôme intérieur ». Odile Jacob 2002.
    – Jean-Pierre CHANGEUX « L’homme neuronal »1993, « L’homme de vérité » 1994
    – Pascal BOYER « Et l’homme créa les dieux ».
    – Antonio DAMASIO « L’erreur de Descartes »2001 et « Spinoza avait raison’.
    – Henri LABORIT « Une vie » 1996 « Derniers entretiens »
    – Mario BEAUREGARD « Du cerveau à Dieu » « The spiritual brain »
    – Michaël PERSINGER « On the possibility of directly accessing every human brain by
    electromagnetic induction of fundamental algorythms ».1995.
    – Paul D. Mac LEAN « Les trois cerveaux de l’homme » 1990.
    – Joseph LEDOUX « Emotion, mémoire et cerveau » 1994.
    – John SAVER & John RABIN « The neural substrates of religion experience » 1997.
    – Francis CRICK « Une vie à découvrir »
    – Via Internet : « Le cerveau à tous les niveaux ».

    Etc.

  5. Michel Julien

    Les chaînons manquants et leurs mensonges

    (Notez que plusieurs étaient jugés «preuves irréfutables»)

    1- L’Homo erectus

    L’Homo erectus (l’homme de Java, homme de Pékin, Pithecanthropus) un autre chaînon qui en était pas. « Les os des membres découverts jusque là ne se différencient pas de ceux d’Homo sapiens » Encyclopoedia Britannica, 1976, Macropaedia, vol.8 p.1032.

    2- l’homme de Toumai

    Avant

    « Devant plus de 300 personnalités du monde de la recherche, des élus politique locaux et une trentaine de journalistes représentant la presse française et étrangère, le professeur Michel Brunet a confirmé hier qu’il était certain que les restes qu’ils a exhumés au Tchad étaient ceux d’un hominidé vieux de sept millions d’années » « L’analyse du crâne a montré qu’il s’agit d’un nouveau genre, d’une nouvelle espèce, en résumé d’un nouveau doyen de l’humanité… »
    Ça paraît maintenant une évidence… » « J’ai signé des autographes en descendant de l’avion ce matin… » « Il s’agit certainement de la plus importante découverte depuis celle de l’Australopithecus africanus… » (AP) 13 Juillet 2002 et Journal de Montréal

    Après

    « Dans un article publié dans la revue Nature aujourd’hui, plusieurs anthropologues éminents affirment que le fossile n’appartient pas à la branche humaine de l’évolution. » Selon eux, Toumai serait plutôt le crâne d’un ancien gorille ou chimpanzé femelle, ou d’une espèce disparue… »

    Les faits sont irréfutables, l’analyse du crâne l’avait montré affirmait-elle!…

    3- l’Australopithecus

    Vous vous souvenez de l’Australopithecus? L’évolutionniste Ruth Moore s’exclama « Tout prouve que l’homme a enfin trouvé ses premiers ancêtres demeurés si longtemps inconnus… Les faits sont IRRÉFUTABLES… On a enfin découvert le chaînon manquant. » « C’est Australopithecus qui a finalement évolué pour devenir Homo sapiens, l’homme moderne. » The New York Times «Bone Traces Man Back 5 Million Years, Robert Reinhold, 19 février 1971 p.1
    …et ce qu’il devait arriver arriva… une contre expertise eut lieu. « D’après nos recherches, il n’y a guère de doute…Australopithecus ne ressemble pas à Homo sapiens mais aux singes et aux anthropoîdes actuels » Beyond the Ivory Tower, Solly, Zuckerman, 1970, p.90.

    Il y a comme un petit problème sur la datation n’est-ce pas? 5 millions d’années! Alors que c’est un singe actuel! Sur quel avait-on dit qu’il était le chaînon manquant, Les faits sont IRRÉFUTABLES !!!

    4- Ramapithecus

    L’imagination évolutionniste, autre cas pathétique.

    Vous vous souvenez de Ramapithecus? On l’a reconstitué à partir de dents et de fragments de maxillaires. (Remarquez la contredisions des évolutionnistes) « Dans l’état actuel de nos connaissances, il est probablement le premier représentant de la famille humaine … Les informations relatives au Ramapithecus sont considérables, bien que, en fait, elles demeurent, hélas! Fort minces en elles-mêmes. On ne dispose en effet que de fragments de mandibule et de maxillaire supérieur, plus une série de dents » (Idib p.56,68) « pendant plusieurs décennies Ramapithecus était considéré comme la base inébranlable de l’arbre évolutif de l’homme » New York Times sous le titre « Time to Revise the family Tree?, 14 février 1982 p.E7. Avec des fragments de maxillaires et quelques dents, on a dessiné un homme-singe. Les reproductions ont envahi la littérature évolutionniste. (Possiblement que l’une de ces images d’homme-singe ont contribués pour certains d’entre vous à croire en l’évolution) Et encore une fois la datation dans tous cela? Des vestiges fossiles plus complets ont montré que Ramapithecus ressemblait aux grands singes actuels. « Comment Ramapithecus… reconstitué uniquement à partir de dents et de mâchoires, sans qu’on ne sache rien de ses os pelviens, crâniens ou de ses membres, a t-il pu se glisser dans la procession conduisant à l’homme? Natural History, False Start of The Human Parade, par Adrienne Zihlman et Jerold Lowenstein, août-sept.,1979,p.86.

    C’était une simple variété éteinte d’orang-outang (un singe).Quand on prend ses désires pour des réalités, avec le temps, la vérité fini toujours par nous rattraper.

    5- L’homme du Nebraska

    À l’aide d’une seule dent trouvé on a fait l’illustration de l’homme du Nebraska! Cela s’est passé en 1922, Henry Fairfield Osborn, directeur du Musée Américain d’Histoire Naturelle est celui qui trouva cette dent. Cette dent portait des caractéristiques communes à l’homme et au singe selon lui. Sur cette seul base, il a eut des débats scientifiques contradictoires. On lui assigna immédiatement “un nom scientifique” : “Hesperopithecus Haroldcooki” alors que rien n’était prouvé! Henry Fairfield Osborn fut soutenue par un grand nombre. Puis encore une fois la preuve fut faite que la dent n’appartenait pas à un singe ni a un homme mais à une espèce éteinte de porc sauvage, le Prosthennops.

    6- Lucy in the sky…

    Lucy que l’émission pro évolutioniste «Découverte» de Radio-Canada qualifiait de chaînons manquant. Un autre chaînon manquant de la saga « irréfutable » de l’évolution. Elle non plus n’a pas résisté à la contre vérification. L’émission Découverte se rétracta tout en disant, nous avons autre choses….
    New Scientist « Trees Have Made Man Upright », Jeremy Cherfas, 20 janvier 1983, p.172.

    Yves Coppens anthropologue est actuellement l’un des plus grands spécialistes français de l’évolution humaine… de lui vient la découverte de Lucy (déjà considérée comme le chaînon manquant). Il a su se remettre lui-même en cause et abandonner ses idées quand les faits étaient contre lui (East Side Story). Il remet en doute le mécanisme de l’évolution (Sciences et Avenir, août 1995)

    «Beaucoup de médias l’ont aussi considérée comme le plus ancien ancêtre; ce n’est pas le cas et ne l’a jamais été. Lorsque nous l’avons découverte, nous connaissions déjà des restes d’Hominidés deux fois plus âgés (…) Lucy, c’est ce personnage désormais universel que le mythe a ravi à la science (…) Lucy a vite dépassé ses inventeurs pour envahir toutes les imaginations de tous les hommes de toute la Terre ou presque. Elle est devenue héroïne de romans, d’essais, de films, de bandes dessinées…» Yves Coppens, juin 2007

    7- L’homme de Cro-Magnon

    Vous vous souvenez de l’homme de Cro-Magnon? Et oui vous l’avez devinez lui aussi a mordu la poussière (Lucy p.39)

    Des chercheurs ont extrait et comparés l’ADN de l’homme de Cro-Magnon et du Neandertal « Leurs résultats vont à l’encontre de la théorie selon laquelle les hommes de Neandertal et de Cro-Magnon se sont mélangés, formant une espèce en évolution qui a contribué aux gènes de l’homme actuel. (AFP) Journal de Montréal du 13 mai 2003

    Les évolutionnistes ont du changer l’apparence de l’homme de Néanderthal savez-vous pourquoi? « Rien ne prouve que l’homme de Néanderthal nous était en quoi que ce soit inférieur » Ice, Fred Hoyle,1981 p.35.

    Des chercheurs ont extrait et comparés l’ADN de l’homme de Cro-Magnon et du Neandertal « Leurs résultats vont à l’encontre de la théorie selon laquelle les hommes de Neandertal et de Cro-Magnon se sont mélangés, formant une espèce en évolution qui a contribué aux gènes de l’homme actuel. (AFP) Journal de Montréal du 13 mai 2003

    8- l’homme de Piltdown.

    De 1912 à 1953 l’homme de Piltdown a été accepté comme authentique par presque toute la communauté évolutionniste. On lui donna, à ce chaînon manquant des traits simiesques. Toutefois, des nouvelles techniques ont permis de découvrir la supercherie. Il s’agissait d’os de singe (orang-outan) et d’humain qui avaient été assemblés et vieillis artificiellement. Quoique des doutes existaient depuis un certains temps dans la communauté scientifique, ce n’est qu’à la toute dernière minute que le public à été avisé de la possible supercherie. Missing Links, John Reader, 1981, pp.109,110; Quand les poules auront des dents, Stephen Jay Gould, Fayard, 1983 pp 221-248, (pdf)T.H. Turrittin PalArch Fondation 2006.

    Les recherches du canadien T.H. Turrittin (An annotated bibliography of the Piltdown Man, 1953-2005. Montre que le sujet a été bien moins couvert après l’annonce de la supercherie. On ne trouve pas de bibliographie sur toute la période 1912-1953 sur l’homme de Piltdown. Toutefois en 1936 on en avait déjà répertorié 300 de 1912 à 1935. De toute la bibliographie d’après 1953 à 2005, la période 1958-1972 n’en représente moins de 9%. Un regain d’intérêt dans la période 1978-1997 avec près de 50%.

    Les livres spécialisés parlent de l’homme de Piltdown, mais très peu sont adressés au grand public en général. Depuis la fin des années 90 on en voit de plus en plus sur les sites internet.

    Environ 40 ans de fraude. Des générations ont été séduis à la cause évolutionniste, sur la base de ce faut chaînon manquant. Et eux à leur tour ont convaincu leurs enfants. Et nous en somme rendu là aujourd’hui. Nous ne faisons pas face à de l’esprit scientifique. Mais à une religion dont ses membres tiennent à leur dogme aussi puissamment que la papauté tient au culte marital par exemple.

    9- Les Australopithèques

    Ce seraient les ancêtres les plus primitifs de l’homme version évolutionniste bien sûr. Encore une fois ces derniers retournent bredouilles. Car l’anatomiste Fred Spoor a étudié en 1994 le mécanisme d’équilibre involontaire qui se trouve dans le limaçon de l’oreille. Les résultats montrent que les Australopithèques n’étaient pas semblables aux hommes. En 1996 Robin Crompton à l’aide d’un ordinateur, qu’un type de pas intermédiaire ne peut pas être soutenu pendant de longues périodes en raison de la consommation d’énergie extrême. Ceci signifie que les Australopithèques ne pouvaient être bipèdes et avoir une posture courbée en même temps.

    10- L’Hommes de Neandertal

    Il est démontré qu’il n’est pas bien différent que l’homme moderne.

    11- L’Homo habilis

    Il y a un consensus de plus en plus grand parmi les paléo anthropologistes à l’effet que cette catégorie inclut en réalité, des fragments appartenant à différents autres types comme Australopithecus et Homo erectus. Par conséquent, il s’agit d’un taxon non valide. En d’autres mots, il n’a jamais existé comme tel.

    12 – L’homme d’Orce

    En 1983, en Espagne, on a découvert dans des anciens marais séchés, parmi des ossements d’ours, d’éléphants, d’hippopotames, un curieux morceau de crâne de moins de huit centimètres de diamètre. Il fut présenté à la presse comme «le plus vieux fossile humain jamais découvert en Europe et en Asie». On le datait de 900 000 à 1,6 million d’années!

    Voici ce que les scientifiques ont dit à partir de ce petit morceau de crâne, sur son âge, son arrivé en Espagne, sa taille, sa diète et ses habitudes de vie :

    « Il est venu d’Afrique depuis peu. Selon eux, le crâne en question était celui d’un adolescent de 1,50 mètre, âgé d’environ 17 ans. Il vivait probablement de chasse et de cueillette et n’avait peut-être pas encore appris à domestiquer le feu. Il possédait vraisemblablement un rudiment de langage et de religion. Il se nourrissait de fruits, de céréales, de baies et d’insectes, ainsi que, de temps à autre, de restes d’animaux tués par les hyènes.»

    On vérifia le crâne en 1884 on y découvrit une crête alors que le crâne humain n’en possèdent pas. Puis en 1987, l’analyse aux rayons X avait confirmé que le fossile était bien celui d’un équidé c’est-à-dire, d’un «âne». – Jordi Augustí et Salvador Moyà, le quotidien madrilène El País, 1987.

    Nous voyons encore une fois les extrapolations des évolutionnistes qui ont décrit la vie de se faux chaînons manquant. On est encore en mesure de constater qu’ils ont accordé la datation avec leur théorie. N’oublions pas que l’homme d’Orce fut présenté comme la plus grande découverte, ce à partir d’un petit bout d’os. Comment peuvent t-il expliquer la présence d’un âne parmi un groupe d’animaux sauvages il y a 900 000 à 1,6 millions d’années? Comment expliquez que tous ces différents animaux se retrouvent ensemble?

    13– Le Ramapithèque

    Était un crâne d’un babouin.

    14- Le Bigfoot

    L’équivalant Nord-américain du Yéti s’appelle « Bigfoot ». Voici ce que l’article intitulé « Le Bigfoot une pure invention » dit : « Le bigfoot est le fruit de l’imagination de l’homme d’affaire californien Ray Wallace, 84 ans, décédé le mois dernier. …sa famille a décidé de révéler la supercherie à sa mort, comme le révèle le National Post… M.Wallace a fait naître le Bigfoot en déguisant sa femme Elna, et quelques membres de sa famille en gorille. …créé les fameuses empreintes du Bigfoot en demandant à un ami de mouler des pieds longs de 40 centimètres que son frère et lui ont enfilé pour laisser des traces. Les photographies, fims et autres « preuves » de l’existence du Bigfoot ont fait le tour du monde et suscité de vifs débats dans les médias et chez les scientifiques. Durant toutes ces années, M.Wallace a ri dans sa barbe. Selon un de ses neveux, il n’a jamais avoué sa supercherie parce qu’il avait peur que les gens sa fâchent contre lui. » Journal de Montréal 8 décembre 2002 page 5.

    La population est depuis longtemps conditionnée. On enseigne que l’homme et le singe ont un ancêtre commun. Des scientistes sont prêts à tout pour prouver cela. Malgré que la supercherie a été découverte en décembre 2002, le professeur d’anatomie Jeff Meldrum de l’Université de l’État d’Idaho à dit : « Après avoir examiné les évidences, je suis convaincu qu’il y a une créature qui n’est pas encore identifié.» National Geographic News ajoute qu’il y aurait présentement 2,000 hommes singes dans le monde! Ce n’est pas fini on dit que le mâle mesure 8 pieds et qu’il pèse 800 livres et mange des petits fruits. National Geographic News du 23 octobre 2003. Au Yukon on vu cette créature qui a laissée une touffe de poils, après examen c’était à 100% celui d’un bison…

    Dr Tim White un anthropologiste de l’université de Californie a dit après que les évolutionnistes ont pris un fragment d’os pour la clavicule d’un homme, alors que c’était la côte d’un dauphin :

    «Le problème chez un grand nombre d’anthropologistes est qu’ils cherchent tellement un hominidé qu’ils en trouvent dans chaque morceau d’os sur lequel ils tombent» New Scientist, 28 avril 1983, p. 199.

    15- Boxgrove man (Homo heidelbergensis) découvert en Angleterre en 1994.

    Mai 1994 la Revue Nature (29 mai 1994 p. 311-313) annonce la découverte d’un tibia sensé appartenir à l’ancêtre des européens. Comme de coutume, on fit une image mi-homme, mi-singe du Boxgrove man à partir de fragments de mâchoire. Comme de coutume aussi il y a un ou des médias qui se lance dans des affirmations gratuites comme celui du 19 mai 1994: « L’une des plus grandes découvertes de l’histoire de l’évolution humaine» (The Sydney Morning Herald). Et finalement comme de coutume, c’était faux. Boxgrove man était un homme à part entière. Cette découverte avait aussi soulevée les problèmes de la datation. Voici des divers estimations de l’âge de Boxgrove man; a) 423,000-362,000 b) 303,000-524,000 c) 303,000-339,000 d) 205,000-281,000 e) 175,000-230,000.

    Dans des cas semblable, les pratiques évolutionnistes consiste à toujours choisir la date la plus près de leur théorie. En général, la date la plus reculée car ne l’oublions pas la doctrine darwiniste veut qu’une lente évolution eut lieu. Alors que la datation est controversée, le British Archeology de février 1995 choisit l’âge de 500,000 ans et affirme que Boxgrove man ne savait pas parler. À titre d’exemple aussi le 31 mars 2008 sur le site de L’Université de Leeds en Angleterre, le Dr Bill Sellers date Boxgrove man à 500,000 ans sans informer les étudiants que cette datation est très controversée et imprécise. Entre 175,000 et 423,000 ans aurait été plus juste ne trouvez vous pas?

    Puis la découverte en Angleterre d’anciens dessins gravés sur des pierres ont-elles contribuées à rajeunit Boxgrove man? Quoiqu’il soit, tout dernièrement le NewScientisteSpace du 4 sept. 2006 date Boxgrove man à 325,000 et il commençait à parler, tiens, tiens…

    16- l’Autralopithecus Anamensis

    Dans le dossier de l’Autralopithecus Anamensis découvert à l’Est d’Allia Bay au Kenya en 1995. Sept en plus tard en 2007, sur le site du Centre National de la Recherche Scientifique de Paris. On fait mention de la possibilité que les fragments (21 fossiles au total) n’appartiennent pas tous à la même espèce. Le site du 12-04-2006 de la télévision canadienne CBC dit que les fossiles viennent de 8 différents individus. Il semble qu’au moins 5 départements d’anthropologies ont été impliqués dans cette affaire un du Kenya, un d’Australie et 3 américaines. On a daté en 1995 l’Autralopithecus Anamensis d’après l’âge du state préalablement déterminée dans l’échelle évolutive c’est-à-dire environ 4 millions d’années. Ce qui montre très bien que cette méthode contestée pour des raisons évidentes de manque d’objectivités est encore pratique courante. Puis la datation à été révisée à la baisse de 500,000 ans. (USA Today 4 décembre 2006). Selon la Revue Nature de 1995 (vol.376 p.565) les fossiles découverts à Allia Bay étaient éparpillés dans un rayon d’un kilomètre. Les paléontologues se sont basé sur la présomption que les fossiles trouvés sur les différents sites, auraient pue s’harmoniser si réunis. Fabrication de preuves évidentes.

    17- Ida : Autre chaînon manquant qui mort la poussière

    Après vous avoir lu, on voit l’image incohérente évolutionniste à l’œuvre. Ce n’est pas surprenant puisque les scientifiques évolutionnistes ne s’entendent pas entre eux. Pourquoi en êtes vous arrivez là? C’est que plus les découvertes montrerons la complexité de la Création, plus indéfendable la doctrine darwinienne sera. Entre temps, lisez ceci :

    En mai 2009 à New York une conférence de Presse en présence du maire Bloomberg, on présenta avec grande pompe, les résultats d’une étude d’un fossile le Darwinius masillae baptisé « Ida ». Malgré que très peu d’arguments scientifiques aient été apportés, cette nouvelle a faite le tour du monde. Le New York Daily News du 20 mai 2009 fit la remarque suivante: «l’annonce de la découverte de ce fossile, fait parti d’une campagne publicitaire très bien structurée.» Malgré la minceur des faits, on annonça qu’un documentaire était déjà produit et présenté la semaine suivant sur History Channel à grande écoute avec la complicité de la BBC. Pourquoi ne pas avoir attendu une contre expertise avant de produire un documentaire?

    On avait même affirmé que cette découverte était comparable à l’impacte d’un astéroïde qui frappe la terre ! Lors de la cérémonie au musé, l’auteur de l’étude le biologiste et anthropologue Jorn Hurum du musé d’histoire Naturel d’Oslo affirma que «c’est le premier lien de tous les humains. Ida est le plus proche lien direct avec nos ancêtres.» et s’exclama «ce fossile va figurer dans tous les ouvrages didactiques des cent prochaines années». Il a même déclaré «c’est comme découvrir l’arche ou le saint graal !» Quelle vantardise, quelle présomption et quelle humilité!

    On a appris plus tard que l’étude comparative du squelette de Darwinius masillae ne s’est basée que sur 30 caractères. Alors que la norme exige une analyse de 200 à 300 traits avant publication! Il me semble que la Revue PlosOne qui a publiée l’article, History Channel, la BBC, Nationale Géographie et autre Revues spécialisées ainsi que beaucoup de médias ont été plutôt complaisants dans cette affaire et peu soucieux de savoir si cette recherche avait été faite avec soin. La raison est simple. Les réfutations sont toujours très peu médiatisées et seront vite oubliées. On se souviendra plus du grand tapage publicitaire de la Conférence de Presse hélas. Les articles des Revues restent. Malgré que les informations soient fausses, le documentaire sera présenté à la télévision maintes et maintes fois au public. Pour la plus part des cas, sans rectifications ou mise en garde. Cela fait très longtemps que cette forme de propagande perdure dans le but d’endoctriner le publique au darwinisme.

    Environ 7 mois plus tard. Une nouvelle étude annoncée en décembre 2009 qui elle n’a pas reçue le même tapage publicitaire réfute cette affirmation réalisée par Erik R. Seiffert, de l’Université Stony Brook de New York. Un examen plus approfondie de la dentition et de l’os de mâchoire a démontré qu’Ida n’est qu’une “simple” représentante des adapiformes une espèce disparue. Cette contre expertise a faite consensus. Il est étonnant qu’on n’a pas découvert dès le début qu’Ida était une espèce de singe disparue vu la qualité du fossile et les moyens techniques ultras sophistiqué énumérés dans l’article original. On a voulu démontrer au publique que l’étude a été faite avec sérieux semble t-il, mais tous laisse croire que ce ne fut pas le cas. À ton voulu tromper le publique encore une fois dans le but de prouver l’évolution comme ce fut si souvent le cas? À vous de juger.

    Ces 17 exemples démontrent la volonté de vouloir tromper le public. Au point de qualifier un grand nombre de ces fausses preuves «irréfutables». Les moyens de propagande utilisés démontre la faiblesse dse leur arguments. Il n’y a jamais eut d’évolution. On dispose de millions de fossiles il n’y a plus d’excuse. Plus on en apprend sur la conplexité de la vie, plus impossible est cette théorie non scientifique.

  6. Jean-Baptiste

    Michel Thys disait

    ” Loin d’être encore “des parties essentielle de notre organisme”, ces organes sont devenus inutiles. L’utilité très partielle de certains de ces organes, qui sert d’argument aux créationnistes ”

    Mais l’appendice, par exemple, n’est pas inutile, son utilité a été démontré il y a peu de temps par un scientifique américain….

  7. Michel THYS

    certains organes peuvent perdre leur fonction initiale mais en acquérir une nouvelle.
    Les nageoires qui se sont transformées en pattes, par exemple.
    Mais dans le cas de l’appendice, la nouvelle fonction, si elle existe, n’a qu’une utilité accessoire.

    • Malheureusement chez vous mon cher Michel, j’ai bien peur que ce soit votre coeur qui soit devenu un organe vestigial.
      Romains 3:10 selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul; 11Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis;12Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul;13Leur gosier est un sépulcre ouvert; Ils se servent de leurs langues pour tromper; Ils ont sous leurs lèvres un venin d’aspic;14Leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume;15Ils ont les pieds légers pour répandre le sang;16La destruction et le malheur sont sur leur route;17Ils ne connaissent pas le chemin de la paix; 18La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux.19Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.
      20Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché.21Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, 22justice de Dieu par la foi en Jésus Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. 23Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; 24et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ.25C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, 26de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus.27Où donc est le sujet de se glorifier? Il est exclu. Par quelle loi? Par la loi des oeuvres? Non, mais par la loi de la foi.28Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi. 29Ou bien Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs? Ne l’est-il pas aussi des païens? Oui, il l’est aussi des païens, 30puisqu’il y a un seul Dieu, qui justifiera par la foi les circoncis, et par la foi les incirconcis.
      31Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Loin de là! Au contraire, nous confirmons la loi.

      Grand est l’orgueil de l’homme qui pense pouvoir se passer de son créateur. Une morale humaniste laïque? Comment être moral par nos propres efforts. Nos coeurs ne sont-ils pas corrompus? L’homme est-il capable de vrai altruisme? N’est pas tout sentiment moral humain intéressé, et centré sur la satisfaction de l’égo? Mettre sa foi en Jésus, ce n’est pas devenir membre d’une religion, c’est reconnaître que nous sommes sans espoir sans un sauveur. Que nos propres efforts sont vains en ce qui concerne le Salut et la Justification, et la “morale”. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une “greffe de coeur”, un coeur nouveau, un coeur qui adore Dieu. Cette connaissance ne peut pas être acquise comme le fruit de notre éducation, elle vient d’une rencontre avec le Dieu vivant. Je vous l’ai déjà dit mon cher Michel, moi-même, je n’ai reçu aucune éducation religieuse. Jusqu’à l’âge de 25 ans, je n’avais jamais lu la Bible, j’aurais même été incapable de vous dire combien d’évangiles le Nouveau testament contient. Je n’avais aucune idée de son contenu, si ce n’est pour quelques histoires par ci par là. Je suis la preuve vivante que la Foi en Christ n’a rien à voir avec l’éducation mais qu’elle provient d’une relation personnelle avec le créateur.

  8. Bonjur Antoine Martin,
    Vous etes donc typiquement un converti;
    Avez-vous lu mon interprétation de la conversion ?
    http://michel.thys.ove-blog.org ?
    Bien à vous,
    Michel THYS

  9. Jean-Baptiste

    Ce que je trouve dingue, c’est qu’ils ont retrouvé des plumes contenues dans de l’ambre, âgées de 100 Millions d’années !

    C’est fou, qu’on m’explique comment ce matériau a pu traverser tous ces millions d’années avec des plumes dedans, il passerait à peine 1000 ans dans un glacier que je ne sais même pas si il en ressortirait quelque chose (!).

    C’est vraiment des grosses blagues ces conneries.

  10. L’ambre est un matériau sec. Il conserve donc indéfiniment ce qui y a été emprisonné, et donc beaucoup mieux que dans la glace où on a retrouvé des mammouths, par exemple.
    Je ne vois pas où serait la blague ou la connerie, à moins de contester par principe toute observation qui risquerait de devoir remettre en question une croyance créationniste.

  11. Jean-Baptiste

    Ok mais l’ambre n’est pas un matériau inaltérable semble t’il, d’où ma question en lien avec les 100 millions d’années.
    Je crois savoir qu’il devient friable par exemple, avec le temps sûrement… l’érosion naturelle.
    J’ai donc du mal à croire à une traversée indemne de 100 millions d’années lorsque je vois des morceaux de verre dépolis par l’eau de mer ( par exemple ) en quelques années seulement : 4-5 ans.

    Ma comparaison est peut-être bête mais bon je fais avec ce que j’ai .

  12. L’érosion d’un matériau dépend des conditions de son environnement. Elle n’a lieu en effet que s’il y a une force extérieure : l’eau, le vent, le sable, …
    De toute manière, le fait est là : des plumes de 100 millions d’années ont été retrouvées dans de l’ambre. Il faut s’incliner devant les faits d’observations.
    Comme disait Henri POINCARE : “La pensée ne doit se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n’est aux FAITS eux-mêmes, parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être”.

    • Ce qui peut être remis en question, c’est la validité des méthodes de datation qui nous font arriver à ce résultat de 100 millions d’années. Beaucoup de thèses démolissent la validité des méthodes actuelles et de nombreuses erreurs ont été faites dans ce domaine.

  13. Jean-Baptiste

    Oui voilà, c’est ce à quoi je voulais en venir. Je ne remets pas en cause les découvertes d’ambre et ce qu’il contient Michel, juste son âge.
    Je suis étonné c’est tout de l’état de conservation.

    Je suppose donc que sur 100 millions d’années, il y a eu énormément de facteurs d’érosion qui se sont succédés, d’où ma question donc.

  14. Bonjour Antoine Martin,
    La relative imprécision des méthodes de datation ne remet pas globalement en cause leur validité.

  15. Jean-Baptiste

    J’ai trouvé un cèpe de 45 millions d’années ce matin en forêt, jusqu’à ce que je m’aperçoive qu’il était de l’automne dernier.
    Il y a des fois où les choses sont trompeuses 🙂

  16. J’irais même jusqu’à penser que ce cèpe est infiniment plus vieux, puisque les atomes qui le constituent sont des “réaménagements” des atomes qui ont toujours existé dans l’univers …
    Tout comme chacun de nous d’ailleurs.
    Lavoisier avait déjà tout compris : “Rien ne se perd, rien ne se créée, tout se transforme” … !

  17. Jean-Baptiste

    J’aimerais savoir si Antoine à l’intention de faire un article sur les signes des temps. Je n’en ai pas vu sur le blog je crois et je trouverais celà trés interessant ( je suis en contact avec un pasteur trés interessant qui se passionne pour ce sujet). Je trouverais celà interessant dans cette période où ces signes sont de plus en plus visibles. Le monde chrétien s’y interesse, hormis les libéraux qui n’y attachent pas plus d’importance que le monde.

    Je fais référence par exemple au développement fulgurant des sciences occultes ces derniéres années (le spiritisme en particulier, beaucoup de pasteurs doivent intervenir pour une aide spirituelle à ce niveau ), à la violence grandissante dans les zones urbaines, à l’égarement de la jeunesse, aux cataclysmes naturels ( grands seismes presque quotidiens et à ceux venir), aux conflits, à l’impieté, a l’apostasie chrétienne,etc…

    Je ne sais pas où poster ma demande alors je l’ai postée là.

    Merci et à bientôt, bon courage et Salutations Fraternelles.

  18. Denistarko

    Bonjour, j’ai un bon traité contre évolution qui s’institule La Théorie de l’Évolution : Faut-il l’accepter? qui est situé sur mon site : http://www.egliseduchristquebec.com sous l’onglet : Documents Scientifiques ou sous l’onglet : Les Traités CEB sous la lettre T. Je tenter quand même de coller cela ici.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s