Monthly Archives: January 2010

Jésus et le Surhomme, beaucoup de bruit pour rien

Pour ceux que la philosophie interesse, voici un extrait d’un débat que j’ai initié sur un forum avec mon billet “le mythe du Surhomme”. Je suis sûr qu’entre le moment où j’écris ces lignes et quand vous les lirez, la conversation aura pas mal avancé, donc je vous invite à en suivre le fil sur Philoforum. En attendant, voici mon dernier billet, n’hésitez pas à aller sur leur site, c’est toujours intéressant de débattre avec les philosophes.    

 Beaucoup de spéculation sur le sujet mais finalement beaucoup de bruit pour rien. On ne peut pas réduire la personne de Jésus à celle d’un penseur, ou d’un enseignant. Il est aussi bien plus qu’un prophète. Ce qu’il faut voir en lui implique tout son être, non seulement les mots qu’il utilise mais aussi ses actions. Bien plus que les paroles sages, bien plus que les miracles, que l’on y croit ou non, c’est sur le mystère de la Croix qu’il faut s’attarder. Pour les Juifs, c’est à dire ceux qui sont sous la Loi de Moïse, la croix est une offense, mais pour les Grecs, qui représentent les philosophes, y compris les philosophes de notre époque, la croix est une aberration, une folie. Comment celui qui affirme être Dieu lui-même, l’incarnation de Dieu, le Verbe éternel, comment ce Messie, ce sauveur, peut mourir comme un criminel, cloué à une croix, dans la solitude et le rejet, en faiblesse apparente. S’il était vraiment surhomme, pourquoi ne pas se sauver lui-même?
Pour ceux qui périssent, il est écrit, la croix est folie, elle suscite même le mépris et la répulsion, mais pour ceux qui sont sauvés, ceux qui croient, elle est la Gloire de Dieu. La réponse s’il y en a une est qu’on ne peut en aucun cas comparer les soi-disant figures du surhomme et Jésus. Il est dans une classe à part. Nul autre personage historique n’a affirmé être Dieu. Mahomet, le “prophète”, disait en parlant de lui-même je suis un prophète de la voie, Bouddha “cherchait la voie” mais Jésus affirme “Je suis la voie, la vérité et la vie”. C’est tout de même une affirmation très forte; personne d’autre n’a osé la faire. Le message de Jésus lui aussi dépasse tout autre message, car si de nombreuses religions font mention du péché, aucune n’y apporte de solution. Jésus, en mourrant sur la croix, devient ce sacrifice, cet agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde. A nouveau, on ne trouve pas l’équivalent ailleurs d’un message de pardon et d’amour tel que celui du Christ. Autre détail intéressant, Nietzsche est mort et enterré, ainsi que Bouddha, Mahomet, mais Jésus est vivant. La fondation de la foi chrétienne, c’est tout d’abord la croix, mais ensuite la résurrection.
Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.
1CORINTHIENS1.19
Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j’anéantirai l’intelligence des intelligents.
1.20
Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde?
1.21
Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication.
1.22
Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse:
1.23
nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens,
1.24
mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs.
1.25
Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.
1.26
Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.
1.27
Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes;
1.28
et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont,
1.29
afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.

3 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Littérature

Si Dieu existe, pourquoi y a-t-il tant de souffrance dans le monde?

Genèse 1
1.1
Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.

Un monde bien sombre...

Un monde bien sombre...

1.2
La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.
1.3
Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut.
1.4
Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.
1.5
Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour.
1.6
Dieu dit: Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux.
1.7
Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi.
1.8
Dieu appela l’étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour.
1.9
Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi.
1.10
Dieu appela le sec terre, et il appela l’amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon.
1.11
Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.
1.12
La terre produisit de la verdure, de l’herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.
1.13
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.
1.14
Dieu dit: Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années;
1.15
et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi.
1.16
Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles.
1.17
Dieu les plaça dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre,
1.18
pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon.
1.19
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour.
1.20
Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l’étendue du ciel.
1.21
Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon.
1.22
Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre.
1.23
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour.
1.24
Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi.
1.25
Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.
1.26
Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
1.27
Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.
1.28
Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.
1.29
Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture.
1.30
Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi.
1.31
Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.

Dans ce passage de la Genèse, la Bible nous dit que dès le commencement, la création de Dieu est bonne. Ce qu’il nous faut comprendre avant même d’aborder la question du mal et de la souffrance, c’est que lorsque Dieu créa le monde, il le créa parfait. Le monde tel qu’Adam le connaissait était un monde parfait, sans souffrance, sans la mort, sans catastrophes naturelles. Il est essentiel de comprendre que Dieu est bon, et que sa création est bonne. L’homme qu’ila créé à son image, lui aussi fut créé parfait.

Alors comment expliquer par exemple des événements récents comme le séïsme à Haïti? Comment expliquer les maladies, les famines, les guerres, nos propres souffrances physiques et émotionelles et pourquoi nous mourrons? Si Dieu est si bon, comment peut-il laisser faire? La réalité de la souffrance humaine est un argument avancé par beaucoup pour réfuter la possibilité d’un être divin.

Comprenons bien une chose : lorsque Adam et Eve ont chuté à cause du péché originel, ils ont emporté dans leur chute la création toute entière. L’entrée du péché dans le monde l’a corrompu et désormais nous vivons dans un monde qui est brisé, qui ne fonctionne pas comme il devrait. La nature elle même est entrée en convulsions et la surface de la Terre est en permanence secouée par des spasmes, les animaux s’entredévorent pour survivre, les hommes font de même, et s’entretuent. Le coeur de l’homme est rempli de haine et de perversion et les relations humaines ne fonctionnent pas comme elles devraient. Ce qui fut créé pur a été corrompu, sali, souillé, et c’est le monde tel que nous le connaissons. C’est pour restaurer ce qui a été perdu en Adam que Dieu a envoyé son fils, le second Adam, Jésus-Christ. En lui s’opère le salut de nos âmes et la régénération de notre esprit, il nous libère du péché et fait de nous une nouvelle création, parfaite et acceptable pour Dieu. A la fin des temps, à son retour, seront créés une nouvelle Terre et des nouveaux cieux et le monde tel que nous le connaissons sera consumé par le feu.

Souvenez-vous que même si la création telle que nous la connaissons porte en elle les vestiges d’une beauté passée, même si elle est encore très belle à nos yeux, elle est bien pâle en comparaison avec ce qu’elle était avant la chute et sans comparaison avec la gloire à venir.

5 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Littérature

Le mythe du "surhomme"

Une idée me vint à l’esprit il y a quelques années alors que je feuilletais ce livre de C.S Lewis, “Simple Christianisme”.  Moi qui fut pendant des années un admirateur du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, quelle ne fut pas ma joie de le voir évoqué dans un ouvrage chrétien. Ce fut en fait ce jour là que je pris conscience de la possibilité d’être à la fois croyant et de réflechir. J’étais alors très jeune dans la foi, et depuis cette possibilité est devenue une nécessité. De nos jours, la foi chrétienne est attaquée de toutes parts, tournée en ridicule. Il est plus que jamais nécessaire de pouvoir défendre sa foi au moyen de tout l’arsenal qui est mis à notre disposition. Si l’arme d’attaque de l’armure de Dieu est l’épée de l’esprit, c’est à dire le Verbe, la parole de Dieu, Ephésiens 6 nous dit aussi d’avoir “à nos reins la Vérité pour ceinture”. C’est de notre ceinture que nous tirons notre épée, c’est la vérité de la parole de Dieu qui nous permet de réfuter les arguments qui s’opposent à elle. Je ne pourrais pas être un Chrétien si tout mon être n’était pas engagé dans cette démarche. Notre foi n’est certainement pas aveugle, et nous aurons besoin de pouvoir l’argumenter lorsqu’elle sera la cible de critiques.

 Ce que C.S  Lewis évoque dans ce livre, c’est le “surhomme” de Nietzsche. Nietsche est le philosophe du nihilisme. Selon lui Dieu est mort, nous l’avons tué. Si les valeurs qui reposaient sur l’existence d’un Dieu n’ont plus lieu d’être, l’homme doit être créateur de ses propres valeurs. Le “dernier homme”, c’est l’homme du nihilisme, qui veut le bonheur et mène une existence médiocre. Il est la figure humaine la plus méprisable. Le nihilisme qu’il incarne représente la dernière phase de l’homme tel que nous le connaissons, son extinction. dans cet état l’homme ne désire que bien-être et sécurité. Le surhomme qui lui succédera représente lui la “volonté de puissance”, cette force créatrice qui crée les valeurs et élève l’homme par delà le bien et le mal, à un état quasi-divin. Le surhomme de Nietzsche transfigure l’existence, et sa venue est pressentie par des signes, comme des gouttes d’eau avant l’orage. Ces gouttes d’eau, qui tombent, de plus en plus lourdes, indiquent que l’averse arrive. Elles sont ce que Nietzsche nomme les “hommes supérieurs”, les premices d’un événement qui changera la face de l’humanité. Le surhomme est un idéal humain, qui procède d’ un dégoût, d’un constat d’échec sur l’humanité présente. Il représente son besoin de transcendance, de s’élever par delà la souffrance, au delà de la précarité de notre condition humaine. Un besoin d’éther, de pureté, d’infini.

C.S Lewis compare ce surhomme à l’homme régénéré, dont la divine nature est restaurée. Même si l’homme régénéré et le “surhomme” diffèrent par leur nature, le premier étant un être indépendant qui se crée sa propre morale, le second est un être soumis à son créateur qui vit selon son règne, il est difficile de ne pas y voir un parallèle.

Ma profonde conviction est que Nietzsche était un homme à la sensibilité extrême, un homme qui connaissait la souffrance. Sa vision du surhomme, sa soif romantique d’idéal représente la nostalgie d’un âge d’or qui est présente en chacun de nous. C’est le souvenir lointain de la gloire de ce qu’était une fois l’être humain. Magnifique créature créée à l’image de son créateur. Mais nous vivons dans un monde qui porte en lui les marques d’un traumatisme évident, les plaies encore béantes d’une blessure originelle. Après la Chute, l’homme a perdu sa relation avec son créateur, de cette séparation a résulté la perte de son autorité, et sa déchéance. L’homme que nous connaissons aujourd’hui toutefois porte aussi en lui les marques de qui il fut un jour, sa beauté reflète toujours la beauté divine, mais comme dans un miroir brisé.

Le péché lorsqu’il a contaminé l’humanité a agi comme un poison, une maladie transmise de générations en générations. L’humanité est malade, elle est affaiblie, elle est brisée. Mais c’était bien l’intention de Dieu, dès le commencement de restaurer à l’homme sa dignité, son autorité et sa gloire passée. Si nous sommes les héritiers d’Adam, nous portons aussi en nous les maux qui l’affligeaient, notre nature est corrompue par sa désobéissance , et par conséquent nous sommes naturellement hostiles à Dieu. Mais Christ est le second Adam, et en lui non seulement notre humanité est restaurée, mais ce que nous recevons est supérieur à l ‘état initial.

 Si Adam avait reçu de Dieu l’autorité sur la création, le pouvoir de dominer la Terre , en Jésus, lorsque nous sommes régénérés, nés à nouveau par l’Esprit de Dieu, nous recevons l’autorité spirituelle sur toutes choses; nous sommes assis avec Christ dans les lieux célestes et un jour nous jugerons même les anges. L’homme né à nouveau est une nouvelle création, dont Jésus-Christ est le grand-frère, le premier-né. 

2Pierre 1:3 Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu,

1:4 lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise.

Nous participons à la nature divine, ce qui ne veut pas dire que nous sommes Dieu. Néanmoins nous sommes transformés, notre esprit est né à nouveau, et cette naissance vient d’en-haut, et non pas de semence humaine. C’est cette graine incorruptible, indestructible, que nous recevons, Christ en nous, l’espérance de sa gloire.

Ce mythe du surhomme à la vie dure, et de nombreuses philosophies et croyances prônent le développement de soi et nous invitent à changer. Mais le vrai changement ne peut s’opérer sans une transformation profonde de notre nature. Pour entrer dans le Royaume de Dieu, il nous faut naître à nouveau. Plus qu’un changement, c’est une métamorphose. Tout changement reste superficiel et infructueux s’il n’implique pas une profonde transformation de notre nature même. La chair ne peut rien produire de bon, il nous faut devenir des êtres spirituels.

C’est là le point de départ, la condition sine qua non. Vous devez être né à nouveau, tout autre alternative est vouée à l’échec.

2 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Littérature

Le vrai développement personnel et notre condition humaine

Vous savez quoi, tous ces sites sur le développement personnel, l’accomplissement de soi, la motivation me dégoûtent, car ce qu’ils prônent, même si cela semble au premier abord attrayant, est en fin de compte dirigé vers le culte de l’égo. Ils ne rendent pas les gens meilleurs. Peut-être plus performants, plus motivés, mais souvent au détriment des autres. Ils poussent à son paroxysme la culture de l’individualisme et de l’égoîsme. Toutefois, il n’est pas malsain de vouloir s’améliorer, au contraire. Tout le monde souhaite devenir une meilleure personne. Rien de nouveau sous le soleil. Ces sites de développement personnel et de motivation ne font que récupérer des modes de pensée et des croyances qui existent depuis des millénaires. Philosophies Zen, bouddhistes, sont les fondations de ces mouvements que l’on nomme New-Age. Ils pullulent aux Etats-Unis et sont bien présents sur nos terres européennes. Mais ils ne font que faire du neuf avec du répétitif, finalement un bouillon de mysticisme relooké 21e Siècle. Développez votre esprit qu’ils disent, augmentez vos sens et votre intellect. Il semble que l’attention se tourne vers la créature, qui devient à son tour un être divin. Que disent-ils? Dieu est partout, non, Dieu n’est nulle part, nous sommes Dieu, Je suis Dieu! Le Je, l’égo est devenu son propre maître, son propre Dieu, et il peut enfin jouir d’une “liberté” sans limites. Plus de morale, je suis à moi-même ma propre loi…mmm…cela rappelle des souvenirs lointains…

Genèse  3.4 Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; 3.5  mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

C’est une vieille histoire, mais la ruse du serpent est toujours aussi efficace. Vous serez comme des dieux sussure-t-il à votre oreille de sa voix séduisante. Comme des dieux! Alors nous pourrons devenir ce que nous avons toujours révé d’être, nous aurons le pouvoir, la domination, l’autorité. Nous aurons la sagesse et la connaissance. Mais tout le monde sait qu’on ne peut pas faire confiance à un serpent, son poison finira bien par vous tuer. Atteindre l’illumination, c’est là leur désir le plus ardent. Atteindre l’illumination signifie s’élever au-delà de la pensée, c’est pouvoir dépasser le cadre de notre mortalité, de notre finitude. C’est un désir qui brûle au fond de nous, comme s’il y avait en nous un désir d’éternité. “L’homme fait déjà l’expérience de l’éternité” dit Spinoza, comme s’il y avait en nous des galaxies, comme s’il y avait en nous non seulement une soif pour l’infini, mais aussi la présence de ce même infini. Où serait-ce une nostalgie, comme d’un rêve lointain, d’un âge d’or? Comme ce rêve du matin qu’on essaie de retenir au réveil, mais qui nous échappe, emportant avec lui sa magie et sa volupté. Un désir pour les étoiles, une envie de divin. Se développer, s’améliorer, mais comment. Le corps nous rappelle à l’ordre, dans sa fragilté, sa finitude. On veut s’élever au-delà de cette vulgarité, vers l’éther, où l’air est pur, mais l’on retombe bien vite sur terre, où l’air nauséabond et chargé nous rappelle à notre misérable condition. Y a -il une solution à nos maux? Comment trouver la porte de sortie, comment trouver la voie. Déjà la mort ricane, et le tic-tac de la pendule est comme un coup de poignard dans le coeur. Aujourd’hui Maman est morte. Et demain? A qui le tour? Etre meilleur, changer, me libérer de cette carcasse qui dépérit jour après jour. Qui pourra m’aider à m’échapper, qui me donnera la clé? Il doit y avoir quelque chose de plus, il doit y avoir quelque chose de vrai, de pur, derrière le voile. Donnez moi quelque chose que je puissse palper, saisir,mais tout semble me filer entre le doigts, comme les grains de sable d’un sablier; mon temps m’est compté; il me faut quelque chose sur quoi je puisse m’appuyer, mais tout  s’effondre autour de moi, que me reste-t-il?

Changer, changer à tout prix, vaincre mes angoisses, vaincre la mort. Le serpent l’a promis, je ne mourrai point, je serai comme un Dieu…mon Dieu, mon Dieu, que je suis malheureux…

2 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Développement Personnel, Littérature, Motivation & Inspiration

The UK and Silver

silver bullion bars

Silver at the moment is still very low in comparison to where it should be. Our cousins across the pool are not slow at all on picking up on the truth that silver and gold cannot just disappear, they are very pro active in protecting their wealth.

The reason why the Americans are so quick is that it has not been long since they used precious metal to trade with, it is in their constitution and there is no tax bearing down on investment silver.  The UK has not known silver to be used as legal tender for centuries. It is true that here in the UK, silver is taxed but as my good friend silverbob pointed out that; VAT maybe on silver but  you don’t have to give details on who you are, where you live, how much you have bought or even a limit on the amount you can buy, but with gold you do.

Leave a comment

Filed under A VRAI DIRE IN ENGLISH, Finance, Money

Developpement personnel, steve pavlina, dangereuse ideologie

J’écris ce billet en réaction a un evenement qui s’est produit hier soir. Je suis écoeuré. Au hasard de mes déambulations sur la toile, je suis tombé sur un de ces sites de developpement personnel americains. Après quelques recherches je me suis rendu compte que c’est un site qui a énormément de succès outre atlantique. Le nom du site, vous le connaissez peut-être, c’est stevepavlina.com.

Steve est un entrepreneur à succès qui est devenu millionaire en étant cette sorte de guru du développement personnel. En quelque sorte, il dit aux gens comment vivre leur vie et le public adore. Ce qui est vulgaire et malsain dans sa démarche, c’est qu’en homme intelligent, il sait comment séduire et manipuler les masses. Très critique a l’égard de toutes les religions, il sans l’admettre, crée la sienne. C’est le culte de l’égo, le moi-moi-moi-isme, poussé a l’extreme.

J’ai l’air un  peu amer? Peut-être, mais hier soir je me suis hasardé à participer à un de ses forums où les internautes discutent de tout et de rien, mais surtout de développement personnel, de spiritualité, de comment vivre et réussir sa vie. Et bien en l’espace de deux heures j’ai réussi a me faire bannir! Je suis interdit de forum, je ne peux même pas consulter les autres billets. Vous voulez savoir pourquoi? J’ai eu le malheur de partager mes croyances. C’est marrant comme on peut parler de bouddhisme, de philosophie Zen, d’enchantements, de sortilèges et même de satanisme sans se faire bannir, mais dès qu’on évoque le nom de Jésus, il y a opposition. Grrrr…c’est parce que lorsque le lion de Judah rugit, les démons commencent à se manifester! Il y a puissance dans le nom de Jesus.

C’est dommage, j’avais entamé une conversation avec un membre du forum sur la sexualité. J’ai partagé mes vues chretiennes sur le mariage et j’ai aussi parlé de mon passé, et des erreurs que j’ai pu commettre. Je lui expliquais que son âme ne trouverait pas de repos jusqu’à ce qu’elle trouve repos en Dieu. Sans le condamner, je lui démontrais que les plaisirs du péché sont certes bien réels, mais temporaires, et qu’au bout du compte ils mènent à la destruction, au désespoir. J’avais commencé à avoir son attention, mais j’ai vite été interdit de site, pour “trolling”, ce qui veut dire que selon eux je détournais les conversations à des fins néfastes au forum. Tout sauf Christ! Ils auraient du dire, s’ils avaient été vraiment honnêtes. Ce qui m’attriste c’est que ce site attire des millions d’internautes chaque jour, et que ces pauvres lecteurs se laissent influencer par ce “guru” diabolique. Ce qu’il prône, bien sûr, le culte de l’égo. Quoi d’autre? Rejetez les religions mais développez votre conscience. C’est du New-Age quoi. L’idée qu’il n’y a pas de Dieu, ou plutôt que je suis mon propre Dieu. Il prône aussi les pratiques sado-masochistes. Les rapports sexuels qui impliquent une relation de dominant et de soumis. Bref, il n’est pas difficile de voir derrière cette idéologie des forces démoniaques.

Je prie pour ces millions d’americains, pour qu’ils soient affranchis, que leurs chaines soient brisées. Ce qui est flagrant, c’est qu’ils cherchent des réponses à leurs questions. Ils ont soif, mais vont boire à la mauvaise source, celle qui ne satisfait pas. Leur soif ne sera jamais étanchee, pour cela il leur faudra boire l’eau vivante, l’eau du St Esprit.  “Quand tu bois de cette eau-ci, la soif revient; mais si tu bois de l’eau que je te donnerai, tu n’auras plus jamais soif; car mon eau deviendra en toi une source qui n’arrêtera jamais de jaillir.”

7 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Développement Personnel, Littérature, Motivation & Inspiration

Pourquoi je ne peux pas m'empêcher de pécher?

Vous êtes un croyant, vous êtes sauvés, nés à nouveau, pardonnés, et pourtant vous ne pouvez vous empêcher de commettre des péchés, et çà tous les jours . Vous savez que vous ne pouvez pas perdre votre salut mais vous vous demandez comment pouvez vous continuer à faire cela si vous êtes vraiment un chrétien ?
A cela je répondrais qu’il ne sert à rien de vous laisser accabler par toutes formes de culpabilité et de vous en vouloir terriblement pour votre attitude et vos actions. Nous tous, nous péchons, tous les jours, encore et encore. Nous répétons les mêmes erreurs, même quand nous nous promettons à nous-mêmes et à Dieu que c’est la dernière fois. Souvent nous les répétons même le lendemain, comme si nous n’avions jamais promis. Même Paul, cet homme de Dieu puissant est passé par là. Dans Romains 7 : 18-19 Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair : j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.7:19Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.
La culpabilité que vous éprouvez vient du diable qui veut vous dérober votre joie, souvenez vous que son nom signifie l’accusateur. Il est cette petite voix qui vous accuse et vous dit que vous n’êtes pas, ou plus dignes de l’amour de Dieu. La meilleure façon de se débarrasser d’une mauvaise habitude par exemple, c’est d’arrêter de lui accorder trop d’importance. Plus vous vous concentrez sur la faute, la culpabilité et la Loi, plus vous donnez d’énergie au péché, et plus vous aurez tendance à recommencer.
Lorsque vous péchez, confessez votre faute et vous recevrez le pardon., Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. (1Jean 1 : 9). Pour Dieu, çà s’arrête là, et il va même oublier ce qui s’est passé. Faites de même. Souvenez vous du verset dans Jacques 4 :7 Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Le sentiment de culpabilité ne vient pas de Dieu. Il est bien précisé dans l’Epître aux romains, chapitre 8
Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. 2 En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. 3 Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, 4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.
En vous concentrant sur Dieu et non sur le péché, en apprenant à vivre par sa grâce, vous verrez que petit à petit vous laisserez ces mauvaises habitudes derrière vous, vous serez transformés.
Nous sommes tous des chantiers en construction, entouré d’échafaudages et en apparence peu plaisants, mais à l’intérieur de nous se prépare quelque chose de glorieux. Même dans les moments où nous nous sentons le plus éloigné de Dieu. Le St Esprit opère en nous une transformation graduelle, nous sommes transformés de gloire en gloire. Courage ! Relevez la tête, aux yeux de Dieu vous êtes sans faute et parfaits, car quand il vous voit, il voit Jésus, et il sourit. C’est par sa grâce que êtes sauvés, et par sa grâce que vous vivez aujourd’hui. Ne vous faites pas d’illusions, vous n’auriez jamais eu le niveau de sainteté requis pour entrer dans sa présence de vous-mêmes. C’est seulement par le sang de Jésus que vous avez ce privilège. Soyez bénis, vous qui lisez cela et embrassez aujourd’hui la grâce du Seigneur dans votre vie.

http://ws.amazon.fr/widgets/q?ServiceVersion=20070822&MarketPlace=FR&ID=V20070822%2FFR%2Fwwwavraidir05-21%2F8014%2F642794ca-6729-4599-b749-e21e23678b14&Operation=GetDisplayTemplate

Leave a comment

Filed under Apologétique et Polémique, Articles