Daily Archives: March 30, 2010

Bloguer le Coran : Sourate 2, "La Vache", versets 211-221

Quand est-il permis d’enfreindre les lois morales? Lorsque la communauté islamique est persécutée. C’est l’impact de la petite et souvent negligee expression qui dit que la «persécution est pire que le meurtre», qui apparaît dans le Coran 2:217 (ainsi que dans 2:191).

Robert Spencer

Les versets 189-242 de la sourate 2, «La Vache», répondent à diverses questions qu’ apparemment, les musulmans avaient demandé  a Mahomet, car Allah commence ses réponses à Mahomet avec «Ils te demandent” (vv. 189, 215, 217, 219, 220, 222). L’une de ces questions était de savoir si oui ou non la lutte était permise pendant le mois sacré, qui prend en Allah c. 217.

le premier biographe de Mahomet, un  musulman du  huitième siècle du nom de Ibn Ishaq, donne le contexte de ce verset. Après l’Hijrah, le déplacement de Mahomet de La Mecque à Médine, les musulmans ont commencé a attaquer des caravanes de l’Quryash  – tribu paienne de Mahomet, qui l’avait rejetée. Mahomet lui-même conduit un grand nombre de ces attaques. Ces raids ont eu un objectif economique clé :  le maintien du mouvement musulman . À un moment donné Mahomet envoya un de ses lieutenants les plus fidèles, Abdullah bin Jahsh, avec huit autres musulmans avec des ordres de surveiller une caravane Qurayshites à Nakhla, une colonie non loin de la Mecque, pour «savoir ce qu’ils font.”
Abdullah et sa bande ont pris cela comme un ordre d’attaquer la caravane de Quraysh, qui ne tarda pas, portant du cuir et des raisins secs. Mais c’était le dernier jour du mois sacré de Rajab, au cours duquel, de par une coutume arabe de longue date, les combats etaient interdits. Cela leur a présenté à un dilemme: si ils avaient attendu jusqu’à ce que le mois sacré ait été terminée, la caravane aurait pu s’en aller, mais si ils avaient attaqué, ils auraient péché en tuant les gens pendant le mois sacré. Ils ont finalement décidé, conformément à Ibn Ishaq, de «tuer autant qu’ils le pourraient d’entre eux et de prendre ce qu’ils avaient.”

Sur le chemin du retour à Médine Abdullah mit de cote le cinquième du butin de Mahomet. Mais quand ils sont retournés au camp musulman, Mahomet a refusé de partager le butin ou d’avoir quelque chose à voir avec eux, disant seulement: «Je ne vous ai pas dit de vous battre dans le mois sacré.” Mais alors, Allah a révélé c. 217, expliquant que l’opposition de l’Qouraysh à Muhammad a été plus offensif à ses yeux que la«violation du mois sacré” par les musulmans.L’attaque était donc justifiée:« la persécution est pire que le meurtre. “Quel que soit le péché les assaillants Nakhla avait commis en violation du mois sacré, il n’était rien comparé aux péchés de l’Qouraysh. Ibn Ishaq a expliqué ce verset: «ils vous ont empêchés de prendre le chemin de Dieu avec leur incrédulité en Lui, et de la Mosquée sacrée, et avez-vous chassé quand vous étiez avec son peuple. C’est une question plus grave avec Dieu que la mort de ceux que vous avez tué. ”

Une fois qu’il a reçu cette révélation,Abdullah prit le butin et les prisonniers de Mahomet. Abdullah a été considérablement soulage, et demanda: «Peut-on espérer qu’il sera considéré comme une attaque pour laquelle nous est donné la récompense des combattants?” Là encore, Dieu répond dans une révélation, en disant que ceux qui «s’efforcent dans le sentier d’Allah … l’espoir de la miséricorde d’Allah “(v. 218). «Efforcez-vous» est ici jahadu (جاهدو) qui est une forme de djihad, et «jihad pour l’amour d’Allah» ou «jihad dans le sentier d’Allah” (جاهدوا في سبيل الله) toujours dans la théologie islamique se réfère à la guerre du Jihad, et non pas à une compréhension plus spiritualisée du djihad.

Ibn Kathir, après Ibn Ishaq, raconte aussi cet incident, qui a été capital: le bien se confond avec tout ce qui revenait à l’avantage des musulmans, et le mal avec tout ce qui leur a causé préjudice, sans référence à la norme morale plus generale. les absolus moraux ont été balayés en faveur du principe fondamental de l’opportunisme. Sayyid Qutb explique que «l’islam est une façon pratique et réaliste de la vie qui n’est pas fondée sur le dogme idéaliste rigide.” Islam “maintient ses propres principes moraux élevés, mais seulement lorsque” la justice est établie et les actes répréhensibles est contenue “- c’est à dire, seulement lorsque la loi islamique gouverne une société – peut la «sainteté être protégée et préservée.” Alors, évidemment, elle n’a pas a l’etre avant cela.

Les versets 211-216 rappelent encore une fois les Juifs et toutes les faveurs d’Allah repoussées par eux (v. 211) et souligne la façon dont les mécréants se moquent des musulmans (v. 212). V. 213 resume en quelques mots le point de vue islamique de l’histoire du salut: Dieu a envoyé des prophètes pour le monde, et «avec eux, il a envoyé le Livre contenant la vérité,” et même “le Peuple du Livre» – principalement les juifs et les chrétiens – d’accord avec les uns les autres », sauf par contumace égoïste.” Alors Allah en guida les musulmans à la vérité sur les choses les gens du Livre en désaccord au sujet. Ibn Kathir explique qu’ils ne s’entendaient pas sur la journée “de la Congrégation:« Les Juifs ont pris le samedi, tandis que les chrétiens ont choisi le dimanche. Allah a guidé le] Oumma [la communauté de Mahomet au vendredi. “Ils ont également exprimé leur désaccord sur la direction à faire face pendant la prière (qiblah), les postures de la prière, le jeûne et la vraie religion d’Abraham:« Les Juifs dirent: Il était un Juif », tandis que les chrétiens le considéraient comme chrétiens. Allah a fait de lui un Musulman Haniyfan “- c’est-à-monothéiste pré-islamique.

V. 216 exhorte les croyants à combattre, même s’ils «ne l’aiment pas.” Maulana Bulandshahri explique la vision traditionnelle: «Tandis que les musulmans ont été à la Mecque, ils étaient faibles et peu nombreux, ne possédant la capacité ni la permission divine pour le Jihad (guerre religieuse). Après la migration à Médine, ils ont reçu l’ordre de combattre leurs ennemis dans la défense, comme un verset de la sourate Hajj [chapitre 22 du Coran] proclame: «L’autorisation (de combat) a été accordée à ceux qui sont attaqués parce qu’ils sont opprimés [22:39]. Plus tard, l’ordre est venu de combattre les infidèles (kouffar), même si elles ne déclenchent pas de l’agression. “Bulandshahri était un théologien moderne, mais ce point de vue des trois stades de développement de l’enseignement du Coran sur la guerre se trouve dans travaux du huitième siècle Ibn Ishaq, et dans les écrits des grands théologiens islamiques à travers les âges, y compris Ibn Kathir, Ibn Qayyim, Ibn Juzayy, As-Suyuti, et bien d’autres.

V. 219 concerne les boissons alcooliques et les jeux. Plusieurs autorités au début – Ibn `Umar, Ash-Sha` bi, Mujahid, Qatadah, Anas Ar-Rabi `et` bin bin Abdur-Rahman Aslam – dirent que c’était le premier des trois versets a être révélé à ce sujet, et qui signifie que les deux autres aurait préséance sur elle. Ici, Allah dit qu’il ya «un certain avantage” dans l’alcool, mais en 5:90, il dit qu’il est “oeuvre du Diable», ce qui exclut le bon vieux démon du rhum comme étant bénéfique à tous.

V. 221 interdit les musulmans de se marier aux “incrédules femmes.” Ibn Kathir enregistre une grande quantité de désaccord entre les autorités islamiques de savoir si cette interdiction s’applique aux femmes juives et chrétiennes, ou tout simplement pour polythéistes. Toutefois, il note qu’il ya Ijma `- consensus – parmi les juristes musulmans que de tels mariages sont permis, même si bien sûr les femmes musulmanes ne sont pas autorisées par une école de droit islamique de se marier a des juifs ou a des chrétiens. Dans une culture qui exige que les femmes d’être totalement subordonnées aux hommes, ces lois inégales en sorte que les communautés non musulmanes restent subjugués, ne bénéficiant pas de l’égalité des droits ou l’égalité de la dignité des musulmans.

La semaine prochaine: Lorsque vous pourriez avoir besoin d’un mari “temporaire”, et une exploration de la question très controversée de-ce que cela signifie qu ‘«il n’ya pas de contrainte en religion».

Ici vous pouvez trouver le reste de la série en anglais. Ici un bonne version du Coran en  Arabe, avec une traduction en anglais disponible, ici deux traditions musulmanes populaires en anglais, celles de  Abdullah Yusuf Ali et de Mohammed Marmaduke Pickthall, avec une troisième de M. H. Shakir. Ici une autre traduction populaire en anglais, celle de Muhammad Asad. And ici un recueil de 10 traductions du Coran.)

Pour finir, pour les francophones, une version en ligne du Coran pour vérifier toutes ces références.

Texte original en anglais écrit par Robert Spencer, sur le site www.jihadwatch.org le 08 Juillet 2007

Traduit en français et adapté pour le public francophone par Antoine Martin.( Aka avraidire.) pour le site www.avraidire.eu le 30Mars 2010

12 Comments

Filed under Articles, Bloguer le Coran, Islam, Robert Spencer