BARNABAS FUND- Sujets de prière Avril 2010

AU PAKISTAN, UN CHRETIEN EST DECEDE, GRAVEMENT BRULE

Un chrétien s’est immolé par le feu devant un poste de police à Rawalpindi, près d’Islamabad, suite aux pressions qu’il a subi parce qu’il a refusé de se convertir à l’islam. Il est mort à l’hôpital. Il a été brûlé à 80%. Des centaines de personnes ont assisté à ses obsèques le 24 mars.

Rashid Masih avait été employé comme chauffeur pour un homme d’affaires important de la région depuis 2005 ; son épouse travaillait comme bonne pour le même employeur. Le couple habitait un logement de fonction chez leur employeur, avec leurs enfants (âgés entre 4 et 12 ans). En janvier, l’homme d’affaires et des responsables religieux ont demandé à Rashid et à sa famille de se convertir à l’islam. Lorsque Rashid a refusé et a proposé sa démission, il a été menacé. La situation s’est envenimée lorsque l’employeur a porté plainte contre le couple, prétendant qu’il avait volé 500000 roupies pakistanais (environ 4500 euros) ; on nous indique que l’homme d’affaires a proposé d’abandonner les charges à leur encontre s’ils se convertissaient à l’islam « sinon, ils ne verront jamais plus leurs enfants » a-t-il dit.

Rashid et son épouse sont restés fidèles au Seigneur et, en conséquence, ont beaucoup souffert. Le 19 mars, ils ont été emmenés au poste de police afin d’y être interrogés ; l’épouse de Rashid a été maltraitée par des officiers de police, et ils disaient avoir été brûlé par des policiers et des extrémistes islamistes. Leurs enfants ont été obligés de regarder les sévices infligés à leurs parents.

Les attaques font l’objet d’une enquête, mais l’employeur prétend n’avoir rien fait de mal, et jamais de n’avoir essayé de forcer le couple à se convertir à l’islam. On nous informe qu’il va peut-être rencontrer la police afin de parler de la possibilité d’une compensation pour l’épouse de Rashid et ses enfants, qui sont sans domicile fixe au moment où nous écrivons ces lignes, ayant  été expulsés de leur logement.

– Priez pour la famille de Rashid Masih, pendant sa lutte pour accepter la mort subite et tragique d’une personne qui a été leur mari et leur père. Priez pour qu’elle trouve de la force et du réconfort dans le Seigneur Jésus-Christ pendant ces moments difficiles.

– Priez pour que l’épouse de Rachid soit guérie de ses blessures physiques et émotionnelles, pour que la famille reçoive une compensation de son ancien employeur, et pour que chaque membre de la famille puisse commencer à reconstruire sa vie.

EN IRAN, UNE REPONSE A LA PRIERE : UN RESPONSABLE D’EGLISE A ETE LIBERE SOUS CAUTION

Le réseau Farsi Christian News Network (FCNN) (Le Réseau d’Informations Chrétiennes à Farsi) a annoncé que le révérend Wilson Issavi a été libéré sous caution le dimanche 28 mars, suite à 54 jours de détention carcérale. Il avait été arrêté le 2 février (voir notre édition du mois de mars), mis en examen par le gouvernement iranien pour le motif d’avoir « converti des musulmans ». On nous informe qu’il a le moral et qu’il est reconnaissant envers le Seigneur Jésus pour sa libération. Il attend la suite de son dossier et un réexamen par le tribunal des motifs de mise en examen.

Le FCNN nous a également signalé l’arrestation de Hamid  Shafiee et son épouse Reyhaneh Aghajary, les responsables d’une église à Isfahan. Le 28 février le couple a été menotté pendant la perquisition dans leur domicile par des fonctionnaires qui ont prétendu agir sous les ordres d’un tribunal local. Lorsque Reyhaneh s’est plaint des circonstances de son arrestation, les fonctionnaires l’ont insulté, violenté et arrosé d’un produit poivré. Ils ont confisqué des Bibles, d’autres livres, des CD et des ordinateurs.

Reyhaneh est actuellement détenue dans l’aile politique sécuritaire de la prison de Dastgard, et on nous signale qu’elle a commencé une grève de la faim afin de protester contre la façon dont elle est traitée par les gardiennes de la prison. Au moment où nous écrivons ces lignes, le lieu et les conditions de détention de Hamid sont inconnus.

Hamid et Reyhaneh ont quitté l’islam pour devenir chrétiens. Pendant les dix dernières années, ils on partagé l’évangile activement avec les habitants d’Isfahan. En dépit des pressions de la part de l’administration, ils ont refusé de renier leur foi.

– Priez pour que le Seigneur protège ces deux serviteurs fidèles ; priez pour qu’ils soient bientôt libérés, afin de continuer à partager la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

– Louez Dieu pour la libération du Révérend Issavi. Remerciez Dieu parce qu’il semble avoir le moral en dépit du fait qu’il porte les signes évidents de la torture subie. Priez pour que les charges contre lui soient abandonnées, et pour qu’on lui permette de continuer son travail au nom de Jésus-Christ.

EN EGYPTE, DES CHRETIENS ONT ETE PIEGES A L’INTERIEUR DE LEUR EGLISE PENDANT UNE ATTAQUE PAR UNE FOULE DE MUSULMANS

Le 12 mars, à Marsa-Matruh, dans le nord-ouest de l’Egypte, des responsables d’une église et jusqu’à 400 chrétiens ont été piégés à l’intérieur d’une église pendant 10 heures lorsqu’une foule de musulmans s’est attaquée au bâtiment. La foule, d’environ 2000 à 3000 personnes, a lancé des pierres pendant une réunion de prière, et est entrée dans l’église par la suite, s’attaquant aux chrétiens. Les témoins ont indiqué que le nombre de gardiens de sécurité présents a été insuffisant pour contenir la foule et que du gaz lacrymogène a été employé. La foule a continué son action en incendiant les domiciles des chrétiens, leurs commerces, leurs entreprises et leurs voitures, en entonnant des chants religieux et djihadistes. Vingt-trois chrétiens ont été blessés pendant ces violences.

Le prétexte pour l’attaque était la construction sans permis d’un mur au périmètre d’un terrain dont le propriétaire est l’église. Un responsable de l’église a dit que la violence a été incitée par des appels incendiaires de la part d’un prédicateur musulman à « se battre contre les ennemis », disant que « la présence des chrétiens parmi nous est indésirable ». Une réunion entre les responsables chrétiens, les services de sécurité de l’état et des responsables musulmans  de la région a été prévue pour le lendemain des violences. Le but déclaré de la réunion était de rassurer les chrétiens effarouchés et pour assurer qu’une telle attaque « ne se reproduira pas ».

– Priez pour les chrétiens qui ont été blessés, pour ceux qui craignent maintenant pour leur sécurité et pour tous ceux et celles qui ont perdu des biens pendant les violences. Priez pour qu’ils puissent aimer et pardonner leurs ennemis et pour que leur témoignage ouvre les yeux spirituels de ceux qui les persécutent.

EN INDE, IL Y A EU 1000 ATTAQUES CONTRE LES CHRETIENS EN 500 JOURS DANS L’ETAT DE KARNATAKA

Le 26 janvier, l’état de Karnataka a enregistré la Millième attaque contre des chrétiens dans un laps de temps de 500 jours. La fréquence de la violence contre les chrétiens a brusquement augmenté en septembre 2008 pendant la campagne d’assassinats et de pillages lancée contre des chrétiens par des hindouistes extrémistes dans l’état d’Orissa, dans l’est de l’Inde. Des attaques physiques contre des responsables et d’autres chrétiens, ainsi que du vandalisme contre les biens immobiliers des églises, ont progressé à un rythme déconcertant depuis cette date.

Quelques récits suffiront pour illustrer les souffrances que nos frères et sœurs dans l’état de Karnataka ont à supporter. Le 28 février 2010, à Karwar, des extrémistes hindouistes ont accusé deux chrétiens d’avoir converti des hindouistes au christianisme par la force. Ils ont insulté les chrétiens, les ont fait sortir dans la rue et les ont tabassés jusqu’au moment où ils se sont effondrés, ayant perdu conscience. Huit jours plus tard, à Mysore, un autre groupe d’extrémistes a fait irruption dans une réunion de prière tenue au domicile d’un chrétien. Le groupe d’extrémistes a insulté les chrétiens au sujet de leur foi en Jésus-Christ et tabassé le pasteur. Et puis, le 17 mars environ 150 personnes se sont attaquées aux personnes présentes aux funérailles d’un chrétien dans le district d’Hassan. La foule a détruit le cercueil, jeté la dépouille dans un tracteur pour ensuite la laisser à l’abandon, en prétendant qu’enterrer un chrétien polluerait le sol de l’Inde.

Les média nationaux n’ont fait que très peu de reportages au sujet de la persécution des chrétiens dans l’état de Karnataka. Ce qui est encore pire, on prétend que le gouvernement de l’état a soudoyé des éléments des média locaux afin qu’ils diminuent le nombre d’attaques dans leurs reportages.

– Priez pour les chrétiens de Karnataka qui ont souffert des violences aux mains des extrémistes hindouistes. Demandez au Seigneur de leur donner de la grâce pour tenir fermes dans la foi.

– Priez pour les autorités, pour qu’elles protègent plus efficacement les chrétiens de Karnataka et pour qu’elles traduisent les persécuteurs des chrétiens en justice.

AU NIGERIA, IL Y A EU ENCORE UN MASSACRE DE CHRETIENS A JOS

A la suite du carnage effroyable en janvier à Jos, la capitale de l’Etat du Plateau au Nigéria en mars, il y eu un autre massacre atroce.

Tôt le matin du dimanche 7 mars, des homme de la tribu musulmane des Fulani, armés d’épées et de machettes sont arrivés à Zot, Dogo Nahauwa et Rastat, trois villages à majorité chrétienne au sud du centre ville. Les villageois ont été réveillés par le son terrifiant de tirs de fusil ; le bruit a été si fort que les habitants, apeurés, sont sortis de leurs maisons en courant dans les rues, là où leurs assaillants les attendaient. Les policiers des villages disent que 109 personnes ont été tuées, mais d’autres sources indiquent un chiffre bien plus important, jusqu’à 500 morts. De nombreuses victimes étaient ceux qui n’avaient pas les moyens de se défendre – des personnes âgées, des femmes et des enfants, même un bébé né depuis 4 jours. Le lendemain des douzaines de cadavres ont été inhumés dans une fosse commune pendant que des chrétiens regardaient, en chantant des cantiques à Jésus-Christ. Toutes les églises à Dogo Nahawa ont été incendiées, ainsi que de nombreuses maisons. Des centaines de chrétiens ont fui leurs domiciles, dans la crainte de d’autres attaques.

Un certain nombre de personnes bien connues, localement et internationalement ont réagi au massacre avec horreur. L’archevêque de Jos a décrit les attaques comme étant « systématiques et asse bien organisées », tandis que le Secrétaire d’Etat (Ministre des Affaires Etrangères) des Etats-Unis, Hilary Clinton a demandé au gouvernement nigérian de trouver et punir ceux qui sont responsable des massacres. Le 11 mars il a été signalé que 49 personnes, dont la plupart sont des musulmans Fulani, vont être mises en examen pour meurtre.

Certains des média prétendent que ce massacre a été une riposte à une attaque contre des musulmans en janvier lorsque environ 300 personnes ont été tuées (voir nos informations du mois de mars) Cependant, il est évident que les violences du mois de janvier ont été déclenchées par des musulmans qui se sont attaqués à une église à Jos. Des responsables chrétiens au Nigeria admettent qu’un certain nombre de chrétiens ont riposté aux violences de janvier, une action qu’ils désapprouvent, mais il n’existe aucun indice qui justifie les chiffres donnés par les média en ce qui concerne l’importance de la riposte chrétienne.

Les responsables des églises pensent aussi que les musulmans ont communiqué de fausses informations aux média internationaux afin de discréditer l’église. Une confirmation de cette avis peut être trouvé dans un reportage vidéo produit par la chaîne d’informations Aljazeera en collaboration avec Jam’atu Nasril Islam, une organisation musulmane nigériane très puissante. Cette vidéo donne l’impression que les violences de janvier étaient tout simplement un massacre de musulmans fait par des chrétiens, mais il paraît utiliser des séquences prises hors contexte,  introduites dans la vidéo pour fabriquer un support à leur histoire.

Le 17 mars, les chrétiens ont été à nouveau victimes lorsqu’un groupe de musulmans armés de machettes a tué au moins douze chrétiens à Bei, un village qui se situe a environ 36 km de Jos. Parmi les morts il y avait trois enfants et quatre adolescentes. Les assaillants ont découpé les langues de leurs victimes.

Barnabas Fund envoie de l’aide à ceux et celles qui ont perdu des êtres chers ou leurs domiciles lors de ces violences.

– Priez pour ceux et celles qui ont perdu des êtres chers pendant les attaques de janvier et de mars. Priez pour que le Seigneur Jésus donne Son réconfort et Sa guérison à ceux et celles qui sont traumatisés par ces événements.

– Priez pour que le gouvernement et les autorités du Nigeria aient de la sagesse et pour que les responsables de ces violences soient traduits devant la justice. Priez pour que le pays dans son intégralité ne soit pas déstabilisé.

– Priez pour que notre Père Céleste intervienne dans ce pays troublé, et pour qu’il donne Sa grâce aux chrétiens de Jos afin qu’ils puissent être unis dans leur tristesse et pardonner leurs assaillants.

Barnabas Fund est une association de bienfaisance inscrite en Grande Bretagne sous le numéro 1092935

http://barnabasfund.org/

Leave a comment

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Notice Board, Tableau d'affichage

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s