Le Travail Admirable fait par des Chretiens Catholiques dans l'Empire Espagnol

On n’est pas catholique et on n’est pas d’accord avec beaucoup de doctrines catholiques mais la croyance evangelique est que celui qui a “Jesus dans le Coeur”(le minimum exigé),meme si la personne croit des doctrines equivoques,est une personne sauvéé,un vrai chretien.Il y a eu de pretres catholiques pendant l’epoque coloniale espagnole (300 ans d’existence) qui etaient extraordinaires.

L’Idée que les Espagnols ont fait un Genocide

Les espagnols ont gouverné le Mexique,l’Amerique centrale et la moitié de l’Amerique du sud pendant 300 ans.On dit qu’ils sont tués des millions d’amerindiens,c’est pas vrai.Les espagnols ont gardé des registres et nous savons qu’entre 1492-1570 seulement 25.000 espagnols y ont emigré.On sait que le 90% de tous les amérindiens sont morts en 100 ans après que Colomb y est arrivé, c’est-a-dire 80 a 90 millions de personnes.25.000 espagnols n’etaient pas capables de tuer 90 millions, la grande majorité des amerindiens sont morts a cause de maladies comme la variole, la poliomyélite et la rougeole.

Le cas de Diego de Landa

Diego de Landa (1524-1579) était un évêque espagnol au Yucatan, Mexico.Il a fait des choses bonnes et mauvaises,il etait bon et mechant:

1.Son livre sur les mayas contient beaucoup d’information précieuse sur la civilisation maya précolombienne,

2.Mais ses actions ont détruit une grande partie de l’histoire de cette civilisation, sa littérature et ses traditions.

Le Livre “Relation ou Recit des choses de Yucatan”

Il est l’auteur de la Relacion de las cosas de Yucatan dans laquelle il catalogue la religion maya,la langue maya,leur culture et leur système d’écriture. Ce manuscrit a été écrit vers 1566 à son retour à l’Espagne.Peu d’erudits discutent l’exactitude générale de ses enregistrements.Le livre de Landa est notre principale source contemporaine de l’histoire des mayas, sans lequel notre connaissance collective de l’ethnologie maya serait terriblement petite.

Landa a fait un catalogue et une explication partielle de la langue écrite et parlée maya qui s’avère vitale pour les tentatives modernes de déchiffrer l’écriture maya, ainsi que la religion maya et leur culture en général. La description a été écrit avec l’aide de princes mayas locaux.

La Relacion de las cosas de Yucatan est un témoignage précieux sur l’écriture maya, qui, malgré ses imprécisions devait plus tard se révéler utile dans le déchiffrement du système d’écriture. Landa avait demandé à ses informateurs (ses sources primaires ont été deux individus mayas issu d’une dynastie régnante maya,qui pouvaient lire et écrire les textes) pour écrire les symboles glyphes correspondant à chacune des lettres de l’alphabet latin, dans la conviction qu’il doit y avoir une correspondance. Les résultats ont été fidèlement reproduits par Landa dans son livre, bien qu’il reconnaisse que l’ensemble contenait des incohérences apparentes.

Ce ne fut que beaucoup plus tard, au moitie du XXe siècle, quand il a été réalisé et plus tard confirmé que ce n’était pas une transcription d’un alphabet,comme Landa et les autres le pensaient,mais plutôt un syllabaire composé de 800 caractères.

L’aspect mechant de Landa

Diego de Landa est celui responsable de bruler des centaines de codex mayas, des livres avec de l’information mythologique et astronomique. Seuls quatre codex mayas ont survecus,seulement quatre.Il les a fait brûler car il pensait qu’ils étaient l’œuvre du diable.

Un prêtre catholique est le Père de l’Anthropologie

Bernardino de Sahagún (1499 – 1590) était un moine franciscain, prêtre missionnaire et ethnographe.Il est allé au Mexique en 1529, et y avait passait plus de 50 ans en faisant des entrevues concernant les croyances aztèques,leur culture et leur histoire.Son travail extraordinaire documentait la vision du monde aztèque et la culture lui a valu le titre de “premier anthropologue.” Il a également contribué à la description de la langue aztèque-nahuatl,a laquelle il a traduit les psaumes, les evangiles et un manuel d’enseignement religieux.

Il est l’auteur de Historia General de las Cosas de la Nueva España (Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne).C’est 2400 pages en douze livres avec 2.000 illustrations dessinées par des artistes autochtones en utilisant des techniques européennes. Le texte est en espagnol et en nahuatl-azteque et c’est sur la culture, la cosmologie religieuse,les pratiques rituelles, la société, l’économie et l’histoire des aztèques. Dans le processus de l’écriture du livre il a lancé de nouvelles méthodes de collecte d’information ethnographique et la validation de leur precision.C’est l’un des témoignages les plus remarquables d’une culture non-occidentale jamais composé et Sahagun est le père de l’ethnographie américaine.

Ses assistants parlaient trois langues (nahuatl, latin et espagnol), et ils ont participé activement dans la recherche et en faisent la documentation,la traduction et l’interprétation, et ils sont fait des illustrations.Sahagun a publié leurs noms, il a décrit leur travail, et leur a donné du crédit.

Salut du Popol Vuh, la Bible Maya, par un Espagnol

Popol Vuh signifie «livre de conseil,” ou plus littéralement «livre du peuple» et c’est la Bible Maya avec un mythe de la création, une suggestion d’un incident diluvien, des contes épiques de Hunahpú et Xbalanque,deux heros freres et jumeaux et des généalogies. Le mythe commence par les exploits des ancêtres anthropomorphes et conclut avec une genealogie.La survie fortuite du Popol Vuh est attribuable à un prêtre espagnol appelé Francisco Ximénez. (1666 – 1729). Il avait appris la langue maya et avait transcrit le Popol Vuh pour la postérité.

Le travail remarquable des jésuites en Amérique du Sud

De 1608 jusqu’à 1767 (l’année de leur expulsion par le roi d’Espagne) ou pour quelque 150 ans, les jésuites avaient un système de mission chez les indiens guaranies et:

A.Ils avaient sous leur contrôle une zone de la taille de la France, qui comprenait des parties du Paraguay,le sud-est du Brésil et le nord-est argentin.

B. La republique jésuite était composé de 30 villes de 3.000 à 4.000 personnes chacune, soit environ 100.000 en tout, sous la direction de 2 jésuites à chaque ville.

C.C’etait un système communiste, où tout appartenait à la communauté, sauf les vêtements qu’on portait: la terre appartenait à la communauté, les outils utilisés aussi, l’entrepôt, l’école, les recoltes du champ, le bétail et les troupeaux.

D. Tous les jours tout le monde recevait gratuitement de la nourriture de l’entrepôt, personne ne payait le loyer. Lorsque 2 personnes se sont mariés, ils ont reçu une maison gratuitement,mais qui appartenait encore à la communauté.Les personnes âgées etaient exemptes de travailler, il sont été maintenus par la communauté.

E. À l’âge de 7 ans,c’etait obligatoire pour les enfants aller à l’école,ou ils sont appris à lire et à écrire. C’était très inhabituel, parce que dans l’empire espagnol le 90% de la population était analphabète.

F.Les espagnols n’étaient pas autorisés à s’installer dans la région et ne pouvaient pas y entrer sans l’autorisation des jésuites.

G.La peine de mort n’existait pas dans le domaine gouverné par les jesuites, les pires punitions etaient la flagellation et l’emprisonnement. Quand il fallait fouetter quelqu’un c’etait toujours publiquement, de sorte que personne ne pouvait dire que la personne avait reçu plus que ce qu’il devrait subir.

H.Les guaranies y travaillaient seulement 5 jours de la semaine,le jeudi et le dimanche etaient pour le repos. Et c’etait pas 8 heures de travail par jour, mais 6 heures par jour, de 9 h à midi, puis 2 heures pour manger et la sieste, et puis de nouveau de 14 heures jusqu’à 17 heures.

I. Les jésuites n’ont jamais enseigné les guaranis à parler l’espagnol, au contraire ils ont appris eux-mêmes le guarani. C’est pourquoi aujourd’hui au Paraguay 99% de la population est bilingue, espagnol-guarani.

Le travail remarquable de Bartolomé de las Casas

Bartolomé de las Casas (1484-1566) était un moine dominicain. Il a fait ce qui suit:

1.Il a écrit le livre «Un Tres Bref Compte Rendu de la Destruction des Indes» et «Historia de las Indias / Histoire des Indes”, qui relatent les premières décennies de la colonisation des Antilles.

2.Due à son influence le roi d’Espagne interdit l’esclavage des indiens d’Amérique en 1542, dans les “Nouvelles Lois des Indes.”

3.Il avait accepté l’esclavage des africains, mais plus tard,il se repentit de l’idee et le condamne et se condamne lui-même 3 fois dans son livre Histoire des Indes.

4.Il est considéré comme l’un des premiers défenseurs des droits humains universels

5.En 1550, il a participé au débat de Valladolid, où il a soutenu l’idee que les amerindiens étaient pleinement humains et que leur subjuguer par la force était injustifiable, contre Juan Ginés de Sepúlveda, qui etait de l’avis qu’ils étaient moins que des humains et que c’etait necessaire l’existence de maîtres espagnols pour qu’ils soient civilisés.

6.Dans son livre Histoire apologétique des Indes, il a même ecrit des chapitres avec des arguments tel que les amérindiens avaient plus de l’illumination et de connaissance de Dieu que les grecs et les romains et aussi dans autre chapitre qu’ils avaient égalé et surpassé les anciens peuples a propos de bonnes lois et de coutumes. Pour lire des extraits du livre aller à:

http://www.columbia.edu/acis/ets/CCREAD/lascasas.htm

 

Advertisements

Leave a comment

Filed under apologétique et polémique, Articles

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s