VIII Article sur Jesus dans la Litterature:Chateaubriand et Ravi Zacharias

François-René, vicomte de Chateaubriand (1768-1848)

Le Pere du Romantisme en France

Il est un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l’une des figures centrales du romantisme français et de la littérature française en général.Chateaubriand peut être considéré comme le père du romantisme en France. Ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du moi en ont ainsi fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques.

Ses descriptions de la nature et son analyse des sentiments du « moi » en ont fait un modèle pour la génération des écrivains romantiques en France (« Je veux être Chateaubriand ou rien » proclamait le jeune Victor Hugo).En 1789 il assiste à la prise de la Bastille avec ses sœurs Julie et Lucile.

Il participera aussi au goût pour l’exotisme de l’époque en évoquant l’Amérique du Nord où il a voyagé dans Atala (1802) ou Les Natchez (1826) ou encore dans le récit de son voyage en Méditerranée dans Itinéraire de Paris à Jérusalem en 1811.

Son voyage en Amerique

À l’époque de la Révolution française, en 1791, il s’éloigne de France et s’embarque pour le Nouveau Monde. Il parcourt pendant une année, écrit-il, les forêts de l’Amérique du Nord à la rencontre du Bon sauvage, vivant avec les autochtones et ébauchant sur les lieux son poème des Natchez. Écrit qui fera bien rire les Américains puisqu’il évoque bananiers et singes pour parler des rives du Mississippi. Il trouve dans ces paysages le reflet de son sentiment d’exil et de solitude.

Le Génie du Christianisme (1802)

C’est un ouvrage apologétique. Dans cette œuvre, Chateaubriand entreprend de défendre la sagesse et la beauté de la religion chrétienne.

Converti à la foi de son enfance pendant l’écriture du “Génie du Christianisme”, rédigé à la suite de la mort de sa mère,Chateaubriand a ecrit:

“Je suis devenu chrétien. Je n’ai point cédé, je l’avoue, à de grandes lumières surnaturelles ; ma conviction est sortie de mon cœur.J’ai pleuré et j’ai cru.”

Chateaubriand cherche dans cet ouvrage à “prouver que le christianisme vient de Dieu, parce qu’il est excellent”. Dans cet objectif, il s’intéresse en particulier aux apports artistiques de la religion chrétienne, les comparant à ceux des civilisations antiques et païennes.

L’idée principale du livre est en effet que “seul le christianisme explique le progrès dans les lettres et arts”.Chateaubriand reproche aux écrivains du 18eme siècle (les philosophes des Lumières) d’avoir méconnu Dieu, à l’exception de Rousseau, qui aurait une “ombre de religion”.

“Le Génie du Christianisme” a eu une influence considérable dans l’histoire des idées littéraires et religieuses en France au 19eme siècle. Écrit dans un style classique, mais d’une sensibilité préromantique, il glorifie de nouvelles sources d’inspiration, comme l’art gothique ou les grandes épopées médiévales.Dans sa première édition, le “Génie du Christianisme” comprenait les récits “Atala” et “René”.

Atala et René sont à l’origine seulement des épisodes et Chateaubriand s’est proposé d’y montrer que le christianisme est bien supérieur au paganisme par la pureté de sa morale,et n’est pas moins favorable à l’art et à la poésie de l’Antiquité. Il y célèbre la liberté, selon lui fille du christianisme, et non de la Révolution. Ce livre fait événement et donne le signal d’un retour du religieux après la Révolution.

Ses autres oeuvres

Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert (1802)

Sur les rives du Meschacebé, en Louisiane, est fixée la tribu des Natchez, qui accueille un Français nommé René. Chactas, un vieil Indien de cette tribu qui, sous Louis XIV, a visité la France, prend René en amitié au cours d’une chasse au castor et entreprend de lui conter les aventures de sa jeunesse.

Chactas, fils adoptif d’un chrétien nommé Lopez, a été fait prisonnier à l’âge de 20 ans par une tribu ennemie, mais Atala, une jeune Indienne d’éducation chrétienne, l’a sauvé. Ils s’enfuient tous deux à travers la forêt et un terrible orage les oblige à s’abriter sous un arbre. Après avoir longtemps erré, ils rencontrent un missionnaire, le père Aubry, qui entreprend d’unir Chactas et Atala par les liens du mariage en convertissant Chactas au christianisme.

Mais la mère d’Atala, pour lui sauver la vie alors qu’elle n’était pas encore née, avait promis devant Dieu pour sa fille que celle-ci resterait vierge. Pour ne pas succomber à la tentation de Chactas et rester fidèle à la Vierge et à sa mère, Atala s’empoisonne, malgré son amour fort pour Chactas. Avant de mourir, elle apprend qu’elle aurait tout de même pu se marier avec Chactas en “annulant” la promesse de sa mère. Atala demande également à Chactas de se convertir au christianisme pour elle.La suite du récit d’Atala est en partie racontée dans le roman René.

René (1802)

Ce roman est un récit d’inspiration autobiographique. L’enfance de René est inspirée de celle de Chateaubriand qui vécut loin de son foyer et était d’humeur solitaire. Cependant ce roman est une fiction malgré les ressemblances entre l’auteur et le personnage principal.René est la suite du roman Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert.

Pendant tout son récit, René n’est pas bien dans sa peau. Il est peu ordinaire et rejette les autres. Au départ, il vit bien sa solitude, puis voyage pour combler un manque qu’il n’identifie pas totalement. Amélie, la sœur de René, est la seule personne qui soit proche de lui. René se sent bien avec elle, et tout le livre tourne autour de leurs relations, qui, selon qu’elles s’améliorent où se détériorent, le rendent serein ou torturé.A la recherche de la sérénité, René parcourt différents pays comme la Grèce et l’Italie, mais voyage aussi à travers la France.

Mémoires d’outre-tombe (posthumes,1849-1850)

L’œuvre monumentale de Chateaubriand reste les Mémoires d’outre-tombe (posthumes, 1849-1850) dont les premiers livres recréent son enfance et sa formation dans son milieu social de petite noblesse bretonne à Saint-Malo ou à Combourg alors que les livres suivants relèvent davantage du tableau historique des périodes dont il a été le témoin de 1789 à 1841. Ce qui fait de ce texte à la fois un chef-d’œuvre de l’autobiographie romantique et une mine d’informations pour l’historien.

Jesus dans le livres de Ravi Zacharias

Il est un chretien indien qui a une imagination incroyable.Son siteweb est:

http://www.rzim.org/

Des Conversations Imaginaires de Jesus avec des Gens Celebres

Jesus parle a:

a.Hitler

b.Bouddha

c.Krishna

d.Mahomet

e.Oscar Wilde

Voici les livres de Ravi Zacharias

1.”The Lamb and the Fuhrer”(L’Agneau et le Fuhrer”)

C’est une conversation imaginaire entre Jesus et Hitler.

2.”The Lotus and the Cross”(Le Lotus et la Croix)

C’est une conversation imaginaire entre Jesus et le Bouddha.

3.”New Birth or Rebirth?”(Une Nouvelle Naissance ou Naitre de Nouveau?)

Une conversation imaginaire entre Jesus et Krishna,le dieu hindou.

4.”Sense and Sensuality”(Le Sens et la Sensualité)

Une conversation imaginaire entre Jesus et Oscar Wilde (1854-1900),le celebre ecrivain anglo-irlandais.Il a ecrit “Le Portrait de Dorian Gray”,”Le Geant Egoiste”,”Le Prince Heureux.”

5.“The Prince And The Prophet: Jesus Talks with Mohammed”(Le Prince et le Prophete:Jesus parle a Mahomet)

Les 7  articles anterieurs sur “Jesus dans la Litterature” sont ici:

L’article 7 a des liens au six articles anterieurs.

http://www.avraidire.com/2011/12/vii-article-sur-jesus-dans-la-litterature-mondialelepopee-le-messie-par-klopstockdu-siecle-de-lumieres-allemand/

 

Advertisements

Leave a comment

Filed under Articles

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s