Tag Archives: Apologétique et Polémique

Mon Royaume n'est pas de ce Monde

Jésus répondit : ” Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Mais mon royaume n’est pas d’ici. ”

Jésus nous enseigne aussi de rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. En d’autres termes, le Royaume de Dieu ne peut pas être compris comme un royaume humain.

Lorsque Constantin fit du Christianisme une religion d’Etat, sous l’Empire Romain, il brisa ce principe. Né dans l’empire romain, chaque citoyen naissait alors chrétien. De nos jours, c’est la même chose pour les pays musulmans, où l’on naît musulman. Il est d’ailleurs très difficile, non seulement de quitter l’Islam mais aussi de faire changer la religion sur le passeport. Si l’on comprend le Royaume de Dieu comme un royaume territorial, délimité dans l’espace, on se trompe grandement. C’est une erreur qu’on commise les Juifs lorsqu’ils n’ont pas accueillis Jésus comme le Messie. Ils pensaient alors à l’époque que le Messie viendrait pour les libérer du Joug de l’Empire Romain, qu’il serait une sorte de sauveur politique et qu’il établirait son Royaume une fois pour toutes sur Terre. Au lieu de celà il est mort sur la croix, apparemment vaincu, et les romains continuèrent d’occuper le territoire israëlien.

Si nous autres Chrétiens avions la conviction que le Royaume de Dieu est de ce Monde, nous nous organiserions différemment. Nous nous préparerions à gouverner, à prendre le pouvoir politique, nous essaierions de faire voter des lois, ou peut-être même nous emparerions nous du pouvoir par la force. D’un point de vue externe, la Chrétienté est vue comme une foi faible, et c’est surtout l’avis des musulmans qui ne comprennent pas le fait que si nous vivons dans nos pays soi-disant judéo-chrétiens, alors pourquoi n’avons nous pas plus de nos représentatifs au pouvoir? Eux, au contraire, semblent faire des progrès énormes, et que ce soit au Royaume-Uni ou dans le reste de l’Europe, ils gagnent des sièges importants dans les institutions locales et nationales. Prenez l’exemple de Tony Blair en Angleterre, un homme qui affiche sa foi catholique et qui pourtant affirme qu’il ne veut pas qu’elle interfère avec sa politique. Du point de vue des musulmans, c’est une faiblesse.

La vérité, c’est que le Royaume de Dieu ne vient pas par les urnes ou les coups d’Etat, il vient d’abord dans les coeurs. Il se manifeste sur Terre lorsque nous Chrétiens, sommes jetés en prison, persécutés, égorgés et torturés aux quatre coins du Monde. L’Islam chutera, et le Royaume de Dieu continuera d’avancer. De même que le communisme , qui semblait à l’époque un rempart indestructible à  l’avancée de l’évangile, l’Islam ,lui aussi sera anéanti. Pourquoi? Parce que Jésus est Seigneur, et non pas Mahomet. Jésus est vivant, et Mahomet est enterré.

En tant que Chrétiens, nous pouvons influencer, mais nous n’imposons pas.  En tant que disciples de Christ, nous nous devons d’être sel de la Terre et lumière du Monde. L’apôtre Paul, dans l’épître aux Philippiens, affirme ceci, alors qu’il était emprisonné :

Chapitre 1:12Je veux que vous sachiez, frères, que ce qui m’est arrivé a plutôt contribué aux progrès de l’Évangile.

13En effet, dans tout le prétoire et partout ailleurs, nul n’ignore que c’est pour Christ que je suis dans les liens,

14et la plupart des frères dans le Seigneur, encouragés par mes liens, ont plus d’assurance pour annoncer sans crainte la parole.”

Les conditions en apparence défavorables à l’avancée de l’évangile ont en fait stimulé sa percée durant l’emprisonnement de Paul. L’évangile de nos jours aussi pénétrera toutes les sphères de la société quoi qu’il arrive, et cela se fera sans l’usage de la force ou de pressions politiques.

Le but ultime de Dieu sur cette Terre est de faire avancer l’Evangile, et de faire venir son Royaume. Depuis le début, l’opposition à son Royaume a été virulente. Face à l’Evangile, un seul thème commun, une seule voix s’élève, même si elle prend des formes diverses. Dans les programmes scolaires des écoles, des universités, derrière toute science semblent opérer des forces à l’oeuvre qui sournoisement renient la crédibilité du message biblique. L’Islam n’est qu’une manifestation de cette opposition, l’Humanisme en est une autre, toutes ces idéologies sont une manifestation de l’antéchrist. Etymologiquement parlant, l’Antéchrist n’est pas seulement celui qui s’oppose au Christ mais celui qui veut prendre sa place. Jésus-Christ, celui qui est oint, ou encore celui qui le pouvoir, la prééminence. Quiconque veut prendre sa place est un Antéchrist.

Malgré cette opposition, il nous faut être plus que jamais fidèles, et persévérants, sachant que celui qui vit en nous est plus fort que celui qui est dans le Monde. Il est de notre devoir de partager l’évangile afin que le Royaume vienne dans les coeurs, et de former des disciples qui sauront, à leur tour, communiquer la Bonne Nouvelle à une génération qui se languit.

1 Comment

Filed under Apologétique et Polémique, Articles

Georgina Dufoix : de quoi faut-il avoir peur aujourd'hui?

Intervention de Georgina Dufoix lors de la première soirée du Forum Veritas de lille sur la question : “de quoi faut-il avoir peur aujourd’hui ?”
http://www.dailymotion.com/swf/video/x5tnax
FVLille2008 De quoi faut-il avoir peur aujourd’hui ? partie1
Uploaded by alOOl7. – Explore international webcam videos.

Temps de questions/réponses après les interventions de Georgina Dufoix et Thérèse Lebrun lors de la première soirée du Forum Veritas de lille sur la question : “de quoi faut-il avoir peur aujourd’hui ?”
http://www.dailymotion.com/swf/video/x5tpjw
FVLille2008 De quoi faut-il avoir peur aujourd’hui ? partie3
Uploaded by alOOl7. – See video of the biggest web video personalities.

Le témoignage de Georgina Dufoix
J’ai trouvé dans l’Évangile tout ce que j’avais toujours cherché, c’est-à-dire : “Comment est-ce que je peux être heureuse ?” En fait, je cherchais quelque chose de très simple, je cherchais le bonheur, je cherchais à ne pas dépendre de la couleur du temps, je cherchais à ne pas dépendre de l’opinion des gens sur moi, je cherchais à être heureuse.
Ca peut paraître égoïste, personnel, égocentrique, mais c’est notre histoire d’être humain, c’est notre condition d’homme, et moi je cherchais cela.

Et j’ai cherché matériellement, je l’ai cherché au niveau du pouvoir, je l’ai cherché au niveau plus insinueux de se dire : “Ah, oui, avec le pouvoir, on va pouvoir aider les gens. Je recherchais même dans l’humanitaire : “Avec l’humanitaire, je pourrais aider les gens”.

Je me disais :”Peut-être que c’est cela qui va rendre ma vie utile et qui va justifier ma propre utilité dans l’existence . Je cherchais à être heureuse. Et l’Esprit m’a permis de me rendre compte que tout cela était vain et que “Vanité, vanité, tout n’était que vanité”,. Et cette phrase me faisait tellement mal que je n’arrivais pas à la dire. Je me disais alors : “Si c’est çà, ça ne sert à rien, Alors qu’est-ce qui sert à quelque choses ? ”

Des instruments entre les mains de Dieu…
Et grâce à Dieu qui a pris comme instrument un homme que je n’ai rencontré que quatre ou cinq fois dans ma vie, mais qui m’a téléphoné tous les jours de ma vie pratiquement pendant quatre ans. Donc un monsieur qui m’était absolument inconnu, qui un jour m’a appelée sous un prétexte qui paraissait absolument bizarre, à qui je n’ai pas raccroché au nez parce que mes parents m’avaient appris que l’on ne raccrochait pas au nez d’un monsieur beaucoup plus âgé que vous. Et ce monsieur a continué à me parler, et chaque fois que je raccrochais, il terminait par les mots : “Gloire à Dieu”. Je trouvais cela idiot.

Depuis, ce mot est devenu le centre de ma vie, mais à l’époque (mars 88) je ne comprenais pas. Je raccrochais, et chaque fois, je sentais en moi un petit sourire.

Et puis, pendant le mois qui a suivi, Dieu m’a fait faire le plein de choses que je n’avais pas faites depuis des années auparavant, et pendant ce mois-là se sont préparés tous mes départs de toutes fonctions publiques, mais je n’avais pas compris.

Par la grâce de Dieu, je n’ai pas été élue à l’élection qui a suivi, Bien que je ne sois pas convertie à ce moment-là, le Seigneur me montrait déjà que je ne pouvais pas attaquer, mon adversaire, c’est-à-dire que les mots désagréables à son égard m’étaient impossibles : ils s’arrêtaient sur ma bouche.

Et je ne pouvais pas demander aux équipes qui étaient autour de moi d’attaquer mon adversaire. J’ai été battue, c’est normal.

Et je disais déjà à ce moment là : “Si je peux jouer le jeu politique de cette façon-là, c’est-à-dire sans mentir et être méchante, alors ça vaut le coup de jouer. Mais si je ne peux pas, sortez-moi de là”. Et ils m’ont sortie. Parfait ! Aucun regret, aucune tristesse, aucune amertume, rien !

Ma conversion
Et puis, un mois plus tard, la conversion. Je pourrais en parler pendant des heures. Dieu m’a fait vivre un temps merveilleux pendant plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois, nuit et jour : incroyable !

Après, j’ai eu le goût de cet état intérieur et j’ai dit : “Qu’est-ce que je peux faire pour ne pas le perdre ?”. Et dans mon orgueil, je me suis dit : “Maintenant que j’ai compris comment ça ce passe dans ma tête et dans mon coeur, je ne l’oublierai jamais. Ca va rester tout le temps. Mais ce n’était pas ça. C’est parti ! Après, je n’avais qu’une idée : “Comment est-ce que cela va revenir ? Qui va me dire comment ça va revenir ?” Et c’est là que j’ai été extraordinairement secouée et j’ai une immense reconnaissance envers deux personnes, deux types de personnes.

D’abord, moi qui suis réformée d’origine, de famille profondément réformée et très respectueuse de ma tradition – j’ai des ancêtres qui sont morts pour leur foi aux galères, et ça fait partie de mon histoire – et mon mari aussi et nos enfants ont été élevés comme ça.

Et pourtant, c’est par des catholiques que j’ai ressenti à ce moment-là, la formidable présence de l’Esprit.

Je leur en suis très reconnaissante, jamais je ne l’oublierai, je suis aussi reconnaissante à un homme qui a écrit le livre – “Dieu existe, je l’ai rencontré”. Cet homme s’appelle Frossart. Quand il a écrit son livre, j’ai rigolé, je n’ai pas compris. Je trouvais cela tellement curieux à raconter, Mais à ce moment-là, pour moi, il a été un témoin.

Et c’est la raison pour laquelle je témoigne aujourd’hui. Parce que je sais bien qu’il y a plein de gens qui rigolent, plein de gens qui peuvent se moquer, plein de gens qui vous disent : “Tout cela, c’est des balivernes pour femmes fatiguées ou épuisées “. Mais ce que je sais, c’est que dans ces moments que je vivais, ce sont ces témoins-là qui parlent, qui disent : “Oui, c’est possible, ce que tu vis n’est pas un rêve, je l’ai vécu aussi, je suis passé aussi par ce chemin, Ce chemin est un vrai chemin et tu n’es pas en train de rêver “.

Quand le doute arrive
Quand le doute arrive, la présence et le témoignage d’une multitude de gens divers a été pour moi absolument essentielle.

Et c’est la raison pour laquelle je crois que je témoignerai de cela même si cela doit entraîner des moqueries, des calomnies et beaucoup de rires dans une certaine société médiatique à l’heure actuelle. Eh bien, je continuerai !

L’Esprit m’a montré deux choses que je voudrais partager avec vous. La joie de Christ ne dépend pas des circonstances extérieures. C’est-à-dire qu’au fond, on peut être aimé ou non aimé, calomnié ou non calomnié, traité justement ou traité injustement, élevé sur des podiums ou abaissé sous les critiques. On peut avoir l’un, on peut avoir l’autre, la joie de Christ ne dépend pas de cela. Et c’est pour moi la plus fantastique des espérances.

Je peux être dans un état de bonheur et de joie qui demeure quels que soient les événements extérieurs, Et ça, c’est quand même génial ! Dites-le qu’il y a plein de gens qui le pensent.

G.Dufoix est ancien Ministre de la Santé en France et Présidente de la Croix Rouge française.

Source: www.protestanet.be

Leave a comment

Filed under Apologétique et Polémique, video

L'Ancien Testament dit que le Messie sera Yahve en personne

Les usages linguistiques changent.AVANT en hebreu:
1.On prononce le nom de Dieu,YAHVE (jusqu’au 3ieme siecle avant Jesus).Pas aujourd’hui.On a substitue le mot Yahve par le mot ADONAI(“le Seigneur”).
2.On nommait des autels et meme la ville de Jerusalem avec le nom Yahve comme partie integrante(GEN 22:14/EXOD 17:15/JUGES 6:24/JEREMIE 33:16/EZECHIEL 48:35)

ET QUOI?
Les juifs n’ont JAMAIS,jamais,jamais nomme un etre humain YAHVE.

EQUIVALENT
Si un JUIF nomme son enfant avec le nom YAHVE comme partie integrante,comme ELIYAHVE(mon Dieu est Yahve) c’est un blaspheme.
C’est comme si un MUSULMAN nomme son enfant ALLAHUAKBAR(Dieu est Grand)/ ALLAHURAHMAN(Dieu est Misericordieux)/ ALLAHUKAMAL(Dieu est Parfait).

JEREMIE 23:5-6
C’est sur le MESSIE,les rabbins sont d’accord:
“Voici, les jours viennent, dit YAHVE,où je susciterai à DAVID un germe juste(NOTE:un descendant de David);il régnera en ROI et prospérera, il pratiquera la justice et l’équité dans le pays.
En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure; Et voici le NOM dont on l’appellera:YAHVE TSIDKENU(Yahve notre justice).”

ANALYSE:
Le messie est Yahve,c’est direct.L’usage linguistique des juifs l’indique.

CELA IMPLIQUE LA NAISSANCE D’UNE VIERGE

Pourquoi?Les rabbins sont d’accord que le MESSIE sera un descendant du roi DAVID:
DESCENDANT DE DAVID:JEREMIE 23:5-6/JEREMIE 33:14-18

DESCENDANT DE ISAI(pere du roi David):ESAIE 11:1-2.Dans 1 SAMUEL 16:1-13 il y a l’histoire que Isai etait le pere de David.

(Pour la Bible en francais,et beaucoup d’autres langues):
http://www.biblegateway.com/versions/

Comme le messie serait un DESCENDANT d’un homme(David) et en meme temps YAHVE,c’est pas possible qu’il ait un pere biologique.La naissance d’une vierge est implique.

Leave a comment

Filed under Apologétique et Polémique, Articles

Pourquoi les chrétiens disent que le Coran est corrompu

L’Islam insiste sur le fait que le Dieu de la Bible et Allah sont le même Dieu, S: 29.46. Mais comment se fait il que les musulmans ne soient pas encouragés à regarder les Juifs et les Chrétiens comme des amis, et sont même instruits de se battre contre eux? Le Dieu de la Bible ne dit pas aux Chrétiens de répandre la Parole avec une épée!

Le  père d’Abraham est appelé à tort Azar dans S: 6,74, ce qui contredit les siècles avant la révélation, la Genèse 11.26.

Si Allah Dieu et savait «toute chose, le ‘S: 33,40, comment Allah ne sais pas ce que c’est?

Cette pierre noire que les musulmans  en pèlerinage à La Mecque embrassent  serait considéré comme de l’idolâtrie dans la Bible.

En S: 4,34 Allah dit que aux hommes qu’ils sont autorisés battre leurs femmes. Cela peut glorifier Allah mais pas Dieu!

Talmud et les écrits apocryphes apparaissent dans un livre soi-disant saint alors qu’ils n’ont jamais été acceptés comme autorité divine.

Sur quelle base doit alors tout non-musulman accepter le Coran comme une révélation de Dieu?

6 Comments

Filed under Apologétique et Polémique, Articles, Islam

Interview de Georgina Dufoix par Dominique Theiller

http://video.google.com/googleplayer.swf?docid=-8072647152515313473&hl=en&fs=true

Cette vidéo a quelques années mais toujours riche d’informations fascinantes. Essayons de changer notre point de vue sur la politique. Nous, les chrétiens, avons beaucoup à faire. Nous sommes le sel de la Terre, et la Lumière du Monde.

Leave a comment

Filed under Apologétique et Polémique, video

Vivre sa vie pleinement

Vous êtes sur le point de divorcer? Votre femme vous quitte? Vous avez perdu votre emploi?Vous croulez sous les dettes? Problèmes, problèmes, et encore des problèmes … les circonstances semblent insurmontables et vous tenez à peine le coup. Vous gardez juste la tête hors de l’eau, tout simplement, pour survivre. Est-ce la vie dont vous rêviez quand vous étiez plus jeune, plein d’espoirs et d’attentes, pas encore meurtris et affaiblis par l’existence. Et pourtant, vous le voyez partout: “vivre sa vie pleinement!”, sur les étagères dans les librairies, à la télévision, et même dans votre librairie chrétienne du coin : «Être un« mari à succès, “7 étapes pour une vie victorieuse”, et d’autres titres très prometteurs qui contrastent avec la triste réalité de votre situation.

Pouvez-vous la changer, votre situation? C’est une possibilité. Mais peut-être est il temps de changer la façon dont vous la voyez! Rappelez-vous le véritable changement commence en soi. Vous voyez, ce n’est pas tant ce que vous subissez qui compte, c’est la façon dont vous le percevez. Je m’explique: la vie amène ses tempêtes et parfois, même avec la meilleure préparation, nous ne serons pas en mesure d’y résister. C’est un fait, nous n’avons aucun contrôle sur rien, et comme on dit en Anglais “Shit Happens”, plus poliment, “çà arrive” ou “c’est la vie”. Mais une chose que vous pouvez faire, si vous ne pouvez pas contrôler vos conditions de vie, est de changer la façon dont vous réagissez à elles.

Ce soir, je méditais sur l’expression «plénitude de la vie», ou “vivre la vie en abondance”. Qu’est-ce donc que cela veut dire. Comme vous, j’ai toujours pensé que cela impliquerait une sorte de jouissance ou de sensations fortes, comme sauter d’un avion avec un parachute ou de pratiquer certains sports extrêmes. Vivre pleinement, tirer le meilleur parti de chaque occasion, de trouver satisfaction dans la vie. Quoi d’autre? Peut-être prendre des risques, ne pas avoir peur d’être ce que nous avons toujours rêvé d’ être. Hmmm, ce sont toutes de très bonnes réponses, mais comment cela fonctionne vraiment, je veux dire vraiment, pour moi, aujourd’hui?

Mettons les choses ainsi: la meilleure définition que j’ai trouvée jusqu’ici à ce que cela signifie vraiment pour vivre pleinement de la vie est la suivante:

«Accepter la vie dans sa pleine mesure, avec tout ce qu’elle peut apporter, de bon ou de mauvais.”

Terne? Ennuyeux? Pas du tout. Encore une fois, permettez-moi de préciser.

Dans nos sociétés modernes, nous ne savons plus ce que signifie se battre pour notre survie. Les guerres sont loin et sont gérées par des armées professionnelles, pas vraiment besoin de se protéger et de protéger nos familles car nous vivons dans des quartiers relativement sûrs, et l’immense majorité d’entre nous n’a pas à lutter pour mettre de la nourriture sur leur table. C’est assez simpliste, mais c’est un fait. les hommes et les femmes modernes  dans nos sociétés occidentales, sont, je dirais, très à l’aise, et ont un élément de risque très faible dans leur vie. Par conséquent, la plupart d’entre nous vivent une existence très ennuyeuse. Nous vivons une certaine routine. Ici, je n’ai pas besoin de développer parce que si vous lisez ces lignes, vous savez exactement ce que je veux dire. En France appelle çà “métro-boulot-dodo. Comme des machines, nous vivons une vie mécanique et répétitive, et un jour on cesse de fonctionner, et nous appelons cela la mort.

Mais est-ce la seule façon de vivre? Peut-il en être autrement?

Permettez-moi de revenir à mon premier point. Ce n’est pas tant la douleur qu’il vous  faut supporter, maisles conséquences de votre réaction à cette douleur, et votre perception de celle-ci. Pourquoi vivons-nous cette ennuyeuse et terne? Selon moi, parce que nous fuyons la douleur. “Chat échaudé craint l’eau froide”. Nous avons tous éprouvé de la douleur d’une manière ou d’une autre. La réalité est que c’est quelque chose que nous voulons éviter. Et c’est tout à fait légitime. Mais, ce faisant, croyez-moi, nous refusons de vivre une vie qui vaut d’être vécue. Comme nous nous protégeons de la douleur, nous construisons notre vie autour d’une idole qu’on nomme  “une vie meilleure”, ou “une vie plus heureuse”, mais par la recherche d’un certain confort, nous finissons par trouver vraiment le trouver, sous la forme d’un cercueil, où nous vivons tout au long de notre vie, comme morts. Ou plutôt, nous pensons que nous vivons une vie, mais en fait, nous sommes morts.

Pour moi, vivre la vie pleinement, c’est faire le choix d’accepter que notre voyage sur la terre ne sera pas sans peine. Comme nous acceptons cette réalité, notre expérience de la souffrance sera plus intense, mais plus intense sera aussi  notre expérience de la joie. Comme nous nous ouvrons à la réalité et décidons d’y faire face, nous retrouvons la vie et la vie reprendra son goût.

Je sais, ce n’est pasun discours de motivation très habituel. Mais réfléchissez-y. On ne vit qu’une fois sur la terre, et «dans cette vie», Jésus nous a dit, “vous aurez des difficultés, mais ayez confiance”, il a dit aussi, car j’ai vaincu le monde ». Pour ceux qui croient en Lui, il a donné le privilège d’être appelés enfants de Dieu. Nous avons l’assurance de la vie éternelle, mais nous sommes des pèlerins sur cette planète. Alors quoi? Est-ce que cela veut dire que nous devons être malheureux jusqu’à ce qu’il revienne, ou nous appelle à la maison? Certainement pas! D’ un point de vue céleste, nous pouvons nous rapprocher de notre vie terrestre avec plus de clarté. Vous avez besoin d’argent? Bon! Cela signifie que vous êtes toujours bien vivant! Cela signifie que vous avez des rêves et des aspirations! Vous êtes en instance de divorce? Avez-vous se sentiments de rejet, ou d’ échec? C’est ainsi que vous choisissez de le percevoir mon ami.Ce pourrait également être un nouveau départ. Ces années ne sont pas perdues, elles ont fait de vous qui vous êtes maintenant. Buvez de cette douleur, laisse la couler au fond de votre gorge comme une liqueur forte, mais en lui  permettant de fortifier votre esprit. Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. Vous bâtissez du muscle, vous êtes en cours de purification dans la fournaise ardente. Le livre de Jacques nous dit de le considérer comme pure joie, lorsque nous traversons diverses épreuves. Pourquoi? Parce qu’elles vous rendront plus semblables au Christ! Si vous laissez l’Esprit Saint  vous briser, et vous former, pour vous refaire, vous serez transformés en une nouvelle personne, plus compatissante, plus sage, plus forte et surtout plus proche de Dieu.

La prochaine fois quand vous voyez la douleur sur votre route, ne vous cachez pas, ne vous enfuyez pas, mais accueillez-la, et de permettez à l’Esprit Saint de vous montrer le chemin. Il se trouve que très souvent c’est  dans les moments de souffrance que l’intimité avec votre créateur sera plus la plus douce. Et rappelez-vous, il n’y a pas de vrais problèmes dans cette vie, que des occasions pour que sa Grâce soit manifestée.

1 Comment

Filed under Apologétique et Polémique, Articles

La Dhimmitude, par Bat Ye'or

 

Article trouvé sur dhimmitude.org 

(Bat Ye’or, de son vrai nom Giselle Littman, est une historienne britannique d’origine juive égyptienne, écrivant aussi bien en français qu’en anglais.

Elle s’est spécialisée dans l’étude du Moyen-Orient, de l’Islam et de la condition des non musulmans dans les pays musulmans, contribuant à une nouvelle visibilité des notions de dhimmi et de dhimmitude dans les pays occidentaux.)

Conférence prononcée par Bat Ye’or à l’Assemblée Générale de France-Israël du 26 avril 1992, sous la présidence de P.-Ch. Taittinger, vice-président du Sénat, Michel Darmon, président de France-Israël, et en présence de S.E. Yehuda Lancry, ambassadeur d’Israël. Cette conférence fut publiée (France-Israël, mai-juin 1992) et dans un tiré-à-part en quatre pages avec quatre illustrations du récent ouvrage de Bat Ye’or, Les Chrétientés d’Orient entre Jihad et Dhimmitude: VIIe-XXe siècle, Paris: Les Editions du Cerf, 1991]

  Peu de personnes savent ce qu’est la dhimmitude et cependant aujourd’hui la dhimmitude est plus actuelle que jamais. La dhimmitude fut l’univers juridique, politique, spirituel des Juifs et des Chrétiens indigènes dont les pays furent conquis par le jihâd et gouvernés par la loi islamique: la shari’a. L’univers de la dhimmitude a englobé des millions de personnes, il a couvert trois continents – Afrique, Asie, Europe – il a duré de treize siècles à quelques siècles selon les régions. La dhimmitude vient du mot arabe “dhimmi” qui désignait les Juifs et les Chrétiens indigènes gouvernés et protégés par la loi islamique. 
     Il y eut deux vagues majeures d’islamisation des pays chrétiens par le jihâd. La 1ère fut la vague arabe de 632 à 750 qui couvrit toute la rive sud de la Méditerranée, de l’Espagne à l’Arménie. La 2ème fut la vague turque du XIe au XVIe siècle, elle couvrit l’Arménie, l’Anatolie, les Balkans et la Grèce.
     Tous ces pays étaient peuplés exclusivement de Chrétiens avec, selon les lieux, de larges communautés juives. Une partie de ces populations fut massacrée, une autre réduite en esclavage, une autre déportée, et une autre devint dhimmie. 

      Le mot dhimmitude définit l’ensemble des relations entre d’une part l’umma, la communauté islamique, et d’autre part le Peuple du Livre (la Bible), c’est-à-dire les indigènes juifs et chrétiens (ahl al-kittab). Aujourd’hui l’intérêt de ce passé réside dans l’enseignement qu’il nous livre sur les relations que les peuples musulmans nouèrent au cours des siècles avec le “Peuple du Livre”, qu’ils combattirent par le jihâd, ou gouvernèrent dans la dhimmitude et ceci sur trois continents. 

     Les peuples de la dhimmitude furent nombreux: Juifs, Grecs, Syriens, Egyptiens, Arméniens, Maronites, Berbères, Espagnols, Bulgares, Slaves, peuples de cultures, langues, religions différentes: catholiques, grecs-orthodoxes, monophysites, nestoriens, juifs. Comment ces pays chrétiens furent-ils progressivement islamisés et, pour le sud méditerranéen, de façon irrévocable? Il y eut certes de nombreux facteurs, mais l’un parmi les plus importants, fut la corruptibilité des chefs chrétiens. 
     A toutes les époques et à tous les niveaux, notamment aux postes de responsabilités, des Chrétiens – chefs religieux, politiques, intellectuels, cadres, militaires – trahissent et collaborent avec les forces musulmanes. Si bien que les victoires de l’islam furent des victoires de Chrétiens islamisés ou ralliés à l’islam contre d’autres Chrétiens. Cette collaboration – alliance du patriarcat et du califat – fut active tout au long de la dhimmitude et jusqu’à aujourd’hui.
     Tant que Juifs et Chrétiens se soumettaient à la loi islamique, c’est-à-dire acceptaient l’état de dhimmitude, l’Etat musulman théoriquement protégeait leur vie et leurs biens. Il leur reconnaissait une liberté religieuse limitée, et le droit de s’administrer selon leurs lois civiles. Leur chef: patriarche, pour les Chrétiens, chef de la communauté pour les Juifs, les représentaient auprès du calife qui ratifiait leur nomination. 
     Les dhimmis toutefois devaient accepter des contraintes fort nombreuses d’ordre politique, économique et religieux. Chrétiens et Juifs jugés impurs et inférieurs par la loi islamique  étaient soumis dans tous les domaines à un système d’inégalité et d’humiliation.

LES DROITS MONNAYABLES

     Brièvement, les caractères principaux de la dhimmitude sont les suivants:

1)     La dhimmitude est la conséquence du jihâd. Le concept de jihâd exclu toute légitimité d’une souveraineté politique autre qu’islamique. C’est pourquoi tout acte de guerre est licite, dans les pays non-musulmans (dar al-harb) excepté dans le cas de traités qui ne peuvent être que provisoires. (1)

2)     La dhimmitude, institutionnalisée par les lois islamiques, est intégrée à la shari’a.

3)     Les deux Peuples du Livre, Juifs et Chrétiens ont exactement le même statut juridique, les mêmes droits, les mêmes obligations sous les lois de l’Islam. Ils sont indissociables, et leur destin historique par rapport au jihâd et à la dhimmitude furent identiques et le sont encore. Ici, j’ouvre une parenthèse pour préciser que malgré cette identité de destin, les Eglises orientales demeuraient tout autant judéophobes et hostiles l’une à l’autre. Car le monde de la dhimmitude est celui de l’esclavage spirituel, de la souffrance, de l’avilissement, de l’insécurité, de la haine de soi et des autres. Juifs et Chrétiens vécurent ainsi côte à côte, servant le maître musulman, s’entre-aidant parfois, se trahissant toujours. Une situation encore actuelle.

4)     Les droits du dhimmi sont des droits concédés, c’est-à-dire qu’ils peuvent être annulés, ils ne sont pas attachés à la personne humaine. Ses droits à la vie et à la sécurité sont monnayables, il doit sans cesse les racheter par une capitation coranique, la jizya. Le rachat de ses droits est indissociable d’une condition obligatoire d’humiliation, d’infériorité et de vulnérabilité extrême.

     Telle fut la dhimmitude qui est intégrée à la shari’a, considérée par les Musulmans comme une juridiction d’inspiration divine. Et là réside le dilemme car ce système qui paraît juste aux Musulmans, nous semble à nous, Peuple du Livre, fondamentalement injuste. Ainsi nous avons deux conceptions radicalement opposées de la justice.
     La situation est différente dans les Etats musulmans modernes, car sous la pression des Etats occidentaux à la fin du XIXe siècle et sous la colonisation, la dhimmitude fut abolie et des juridictions inspirées de l’Occident furent adoptées.
     Cependant la mentalité du jihâd existe toujours dans les groupes fondamentalistes et dans les masses, et la dhimmitude, c’est-à-dire la persécution ou la marginalisation des indigènes juifs et chrétiens dans les pays musulmans n’a jamais cessé. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus de Juifs dans les pays musulmans et de nombreux Chrétiens se convertissent ou émigrent. De plus, si les islamistes rétablissaient la shari’a, l’idéologie du jihâd et de la dhimmitude reviendrait. De plus, les intellectuels musulmans n’ayant jamais soumis le jihâd et la dhimmitude à un examen critique, ces politiques continuent d’être jugées parfaites. 
 

LA PROTECTION AVILISSANTE

     Il est certain qu’au Moyen-Age, toutes les religions étaient oppressives et fanatiques. Néanmoins, les autorités politiques et religieuses occidentales ont dénoncé les idéologies et les juridictions du passé, contraires à la dignité et aux droits de l’homme. 

     L’histoire de la dhimmitude est une histoire de souffrance et d’humiliation, d’usurpation de terres, de destruction de civilisations indigènes, d’exploitation fiscale des droits humains. Et cette histoire a bien existé même si, à certaines époques, les pays islamiques accueillirent les persécutés juifs et chrétiens, même si les lois islamiques se référant au Coran interdisent les conversions forcées et assurent protection à l’indigène non-musulman, protection uniquement garantie dans le système avilissant de la dhimmitude. Il est vrai que ce système, parfois plus ou moins tolérant que d’autres, s’intégrait aux préjugés et mentalités de l’époque, et que les périodes de massacres et d’esclavage résultaient aussi de situations incontrôlables. 
     Mais il n’en reste pas moins que les peuples dhimmis des régions arabisées et d’Anatolie et d’Arménie ne purent survivre que par le rançonnage permanent de leur propre existence tolérée dans l’insécurité et l’humiliation. Le génocide des Arméniens fut le premier de ce siècle.

     Dans ce contexte de dhimmitude, Israël représente la libération d’un peuple dhimmi. D’où la volonté de le sataniser dans les instances internationales, de l’avilir et de légitimer un terrorisme qui perpétue l’insécurité dans laquelle vivait le dhimmi et le droit que s’arrogeait le Musulman sur sa vie. Or ce droit d’Israël doit être reconnu sans pré-condition. Tant que la légitimité d’Israël n’est pas reconnue, la légitimité des autres peuples dhimmis chrétiens libérés de la dhimmitude: Espagnols, Grecs, Slaves, Arméniens, n’est pas non plus assurée. Si la dhimmitude doit être obligatoire pour un peuple de la Bible, les Juifs, alors elle l’est aussi pour l’autre peuple de la Bible, les Chrétiens.
     Cette solidarité du Peuple de la Bible, inscrite dans le dogme et la juridiction islamique par treize siècles d’histoire, ni les Chrétiens d’Orient ni l’Occident ne l’ont comprise. 
     Au contraire, les Chrétiens d’Orient, certainement à cause de leur condition d’otage, se sont unis aux forces antisionistes, se faisant ainsi l’instrument de leur propre destruction. 
 

L’ANTISIONISME: SOURCE D’ANTISEMITISME

     Je prendrai deux exemples:

1)     Le nationalisme arabe qui fit des Chrétiens le fer de lance du jihâd contre Israël, fut l’instrument idéologique, politique, culturel, d’anéantissement du christianisme d’Orient et fit exploser le Liban. Ici je voudrais mentionner la propagande des Eglises irakiennes, syriennes et arabo-palestiniennes. Otages du monde arabo-musulman, elles sont utilisées par les Etats arabes pour propager en Occident l’antisémitisme et l’antisionisme. Prétendant avoir toujours bien vécu dans le monde musulman, elles attribuent la détérioration de leurs relations avec l’islam à la création de l’Etat hébreu, accusé de provoquer le radicalisme islamique. 
     Accusations démenties par l’histoire, car la destruction du christianisme oriental et les nombreux massacres qui ponctuèrent ce processus, précédèrent de plusieurs siècles le rétablissement de l’Etat hébreu.

2)     L’antisionisme occidental, conséquence de l’arabophilie, constitue aujourd’hui l’une des sources majeures de l’antisémitisme. Or la délégitimation d’Israël implique la délégitimation de l’Occident, car la haine anti-occidentale et la haine contre Israël s’enracinent dans le même dogme, la même juridiction, la même histoire. Et cette association s’inscrit dans treize siècles de dhimmitude. 
     Sur le plan idéologique, l’antisionisme est une menace contre l’Occident lui-même, contre les valeurs qu’il s’efforce de promouvoir dans la Charte des Nations Unies et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

     Je soulignerai que la dhimmitude apporte un mésage de paix et de réconciliation.

1)     Paix entre les Eglises et les peuples, car la dhimmitude fut la conséquence de leurs haines réciproques et de leur aveuglement.

2)     Paix entre les Peuples de la Bible. Or, aujourd’hui, les forces antisionistes cherchent à développer la haine antisémite et anti-israélienne en Occident. On ne voit pas pourquoi seuls les Juifs seraient privés de souveraineté nationale dans leur pays. Quiconque est anti-israélien est ipso-facto anti-chrétien. Et certains Chrétiens orientaux, émissaires en Europe du jihâd anti-israélien, en occultant leur propre histoire de dhimmi ne font que creuser leur tombe et celle de l’Europe.
     Car le destin des deux Peuples du Livre sont unis et inséparables. Quand Israël se bat contre les valeurs du jihâd et de dhimmitude, il mène aussi le combat du Chrétien. L’un ne se sauvera pas sans l’autre. Et si les deux se combattent mutuellement, tous deux risquent de périr. Soyons aussi attentifs aux forces qui cherchent à semer la haine entre l’Occident et Israël pour les utiliser l’un contre l’autre. Chrétiens et Juifs doivent comprendre que leurs intérêts sont communs. Qu’ils le veuillent ou non, c’est le chemin déterminé par l’histoire depuis treize siècles et dont le but tel qu’il m’apparaît est la réconciliation des trois religions monothéistes. 
     Aujourd’hui, si nous voulons établir des relations de coexistence pacifique entre Juifs, Chrétiens et Musulmans, il est essentiel tout d’abord, d’annuler le principe de l’impureté de l’infidèle encore actuel aujourd’hui comme le prouvent l’interdiction aux non-Musulmans de visiter la Mecque et Médine et, en Arabie, les restrictions au culte des habitants chrétiens.
     Il serait aussi légitime de demander aux peuples musulmans de reconnaître les souffrances incalculables qu’ils ont infligées aux populations indigènes chrétiennes et juives soumises à la dhimmitude. Histoire occultée, car les peuples dhimmis n’ont pas droit à la parole ni à leur histoire. Or cette histoire doit être reconnue, car une non-reconnaissance impliquerait la nature inférieure des dhimmis chrétiens et juifs, le déni de leurs droits et sentiments humains. Leur déshumanisation justifierait la législation discriminatoire et avilissante de la dhimmitude et conforterait l’idéologie divisant le monde en deux sortes d’humanités: une humanité supérieure, les Musulmans, et l’autre, les non-Musulmans destinés à l’avilissement. La modification des mentalités et des préjugés du passé exige la reconnaissance des droits égaux et inaliénables des êtres humains et la demande que les dhimmis soient rétroactivement reconnus dans leur dignité humaine. 
     Le poids historique du passé doit être assumé comme ce fut le cas pour l’Allemagne, les Croisades, l’Inquisition, l’esclavage des Noirs d’Afrique et la colonisation. 
     Si nous croyons à l’égalité et à l’identité des êtres humains, nous ne pouvons tolérer que les victimes de la dhimmitude soient seules flétries par le mépris de l’oubli.
 

L’EXAMEN CRITIQUE DU PASSE

     Tant que les droits humains du Peuple du Livre ne seront pas rétroactivement reconnus par un examen critique de la dhimmitude, il y aura deux systèmes de valeurs fondamentalement opposés: l’un moderne qui reconnaît l’égalité des hommes et l’inaliénabilité des droits humains et l’autre fondé sur l’inégalité des droits, ce qui implique, s’ils sont concédés, qu’ils peuvent être retirés unilatéralement par ceux qui les concèdent. Ceci perpétue la séparation des êtres humains en deux groupes, ceux qui concèdent les droits, et ceux qui bénéficient, dans la gratitude et la soumission, de ces droits concédés. Ces principes sont contraires à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. 
 

DENONCER LA DHIMMITUDE

     La dénonciation des politiques impérialistes et fanatiques de l’expansion islamique confortera les éléments rénovateurs musulmans et favorisera l’harmonisation de nos valeurs. Ce changement de mentalité représente une énorme tâche. Encore récemment, des Musulmans égyptiens furent emprisonnés parce que leurs livres furent jugés blasphématoires. Et tout le monde connaît l'”Affaire Rushdie” (2). 
     Juifs et Chrétiens sont unis dans ce combat qui vise par une rénovation profonde de la mentalité islamique à l’abolition du principe de dhimmitude. Mais ils sont aussi unis avec les Musulmans réformistes. 
     Et c’est là le défi d’Israël: en reconnaissant la légitimité d’Israël, l’islam acceptera le principe de l’égalité des hommes et des peuples et abolira le jihâd et la condition de dhimmi. Et s’il le fait pour les Juifs, il le fera pour les Chrétiens et le reste de l’humanité. 
     C’est là le sens profond de la restauration de l’Etat d’Israël, car, par sa médiation, s’opérera la réconciliation de la famille humaine. Ou bien c’est le jihâd nucléaire, surtout contre l’Occident. Le fondamentalisme, l’explosion démographique et les problèmes économiques créeront bientôt autour de l’Europe, du Caucase à l’Afrique du Nord, tel un croissant, le front du jihâd. Jihâd nucléaire qui conduira à la destruction de notre planète. 

     Voilà le défi historique qui nous unit, Juifs et Chrétiens. Une tâche à laquelle nous devons rapidement nous atteler avec les Musulmans réformistes, car le temps presse. Si l’Europe veut éviter un retour aux prises d’otages et au terrorisme, on doit définitivement rejeter les idéologies qui les justifient.
 

Notes

1.     En Arabie Saoudite, plusieurs ulémas de rang élevé – juges, professeurs, etc. – condamnèrent le processus de paix au Proche-Orient qui envisageait une paix illimitée avec les infidèles. Ils alléguèrent que de tels accords sont interdits aux Musulmans sous peine d’hérésie, car à l’exemple du Prophète, on ne peut conclure de trêve dépassant dix ans avec des non-musulmans. Cf. L’Express – 21.2.92, p. 19. 
     Le Préambule de la Constitution iranienne de 1979 dans la section concernant l’armée, déclare que le but dévolu à l’armée consiste à mener le jihâd pour imposer l’islam sur toute la terre.

2.     L’écrivain égyptien Farag Foda fut assassiné le 8 juin 1992 à la suite d’un “décret” religieux (“Fatwa“) du mufti de l’organisation intégriste al-Djihad. (Le Monde, 11.06.92).

Leave a comment

Filed under Articles, Islam