Tag Archives: porcs

Bloguer le Coran : Sourate 2, "La Vache", versets 40-75

Bloguer le Coran : Sourate 2, “La Vache”, versets 40-75

Le Verset 40 de  la deuxième Sourate s’adresse aux “enfants d’Israël” , commençant avec une méditation prolongée de ce que Allah a fait pour les juifs, et l’ingratitude qu’ils montrent à son égard. Le  Verset  41 les prévient  “et ne soyez pas les premiers à le rejeter. Et n’échangez pas Mes révélations contre un vil prix. Et c’est Moi que vous devez craindre. » Ce que les commentateurs islamiques interprètent généralement comme une exhortation à mettre le service de Allah avant les préoccupations de ce monde. Sayyid Abul A’la Maududi, un intellectuel renommé du XXe Siècle et un représentant de l’Islam politique, dit dans son immense ouvrage  Towards Understanding the Qur’an que ce verset “fait référence aux bénéfices mondains pour lesquels les juifs ont rejeté les instructions divines”. Toutefois, nombreux sont ceux qui ont spéculé sur le fait que ce verset revient sur le reproche de Mahomet envers ceux qui lui avaient vendu du matériel qu’ils avaient présenté comme révélation divine, mais n’en était point – voir 2:79.

Robert Spencer

Quoi qu’il en soit, les juifs peuvent obtenir à nouveau la faveur d’Allah en se convertissant à l’Islam(v. 43). Cela peut sembler juste au lecteur occidental, puisque les traductions en question parlent de les “exhorter à la prière”, et de “faire preuve de charité” (voir  Abdullah Yusuf Ali ), mais en Arabe, le mot pour prière est  salat (الصَّلاَة) et pour charité zakat (الزَّكَاة); ces mots font référence de manière spécifique à la prière Islamique et à l’aumône. Les non-musulmans ne peuvent pas prier la salat ou payer le  zakat. Au sujet de la nécessité de cette  conversion Ibn Kathir est  sans détours: “Allah  a commandé aux enfants d’Israel d’embrasser l’Islam comme leur religion et de suivre Mahomet” . Sayyid Qutb dit que ici Allah “invite les Israelites à rejoindre les musulmans dans leurs pratiques religieuses et d’abandonner leurs prejugés et leurs tendances ethnocentriques.”

En commençant avec le verset 47, écrit Maududi, “ il y  une référence qui est faite aux épisodes les plus connus de l’histoire juive. Ces épisodes étant connus de tous les enfants juifs, ils sont narrés brièvement plutôt qu’en details. La référence est là pour rappeler aux juifs à la fois les faveurs de Dieu dont les juifs avaient bénéficié et les méfaits par lesquels ils avaient répondu à ces faveurs.”  Ces derniers incluent celui des Israelites sauvés de Pharaon (vv. 49-50); l’épisode du veau d’or (vv. 54-55), et celui de la provision miraculeuse de manne et de cailles dans le désert (v. 57, 61), avec pour paroxysme l’aveu que les juifs  “étaient couverts de honte et misérables : ils s’attirèrent la colère de Allah. C’est parce qu’ils persistèrent à rejeter les signes de Allah et à tuer ses messagers sans juste cause. « L’avilissement et la misère s’abattirent sur eux; ils encoururent la colère d’Allah. Cela est parce qu’ils reniaient les révélations d’Allah, et qu’ils tuaient sans droit les prophètes. Cela parce qu’ils désobéissaient et transgressaient. » (v. 61).

Ibn Kathir applique ces mots à tous les juifs : “Ce verset indique que les enfants d’Israel étaient couverts de honte, et que cela continuerait, signifiant que cela ne finirait jamais. Ils continueront à subir l’humiliation aux mains de ceux qu’ils rencontreront, en plus du déshonneur qu’ils ressentent au fond d’eux.”

Il apparait contradictoire qu’immédiatement après nous pouvons lire l’un des versets de tolérance du Coran. Le verset 62, qui  semble promettre une place au paradis à ceux qui “ suivent les écritures juives, et aux chrétiens et aux sabiens. Muhammad Asad exulte: “ Avec une vision sans parallèle dans aucune autre foi religieuse, l’idée de  “salut” est ici mise au conditionnel dépendant de trois éléments : croyance en Dieu, croyance au jour du jugement, et actions  justes dans la vie.”En apparence, pas de conversion à l’Islam requise. Mais il se contredit lui-même en ajoutant “ dans son mandat divin” après les mots “ceux qui ont atteint à la foi” dans sa traduction du verset  62 – ce qui signifie que pour être sauvé, on doit croire au Coran et aux révélations précédentes. En effet, les commentateurs musulmans ne sont pas enclins à voir ceci comme une indication de pluralisme divin. Les traducteurs Ali et Pickthall, ainsi que  Asad, ont tous jugé nécessaire d’ajouter des parenthèses qui font dire au passage que les juifs et les chrétiens (ainsi que les Sabiens, dont l’identité est encore sujet de débats) seront sauvés seulement si ils deviennent musulmans. Et d’après  Ibn Abbas, ce verset a été abrogé par le verset 3:85: “Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants.” Qutb écrit que 2:62 pouvait s’appliquer seulement avant que Mahomet apporte l’Islam au reste du monde, un point de vue soutenu par une citation de Mahomet par Tabari, dans laquelle le prophète de l’Islam dit que les chrétiens qui moururent avant sa venue seraient sauvés, mais que ceux qui ont entendu et l’ont rejeté en tant que prophète ne le seront pas.

Ensuite nous avons le premier des trois passages notoires sur les “singes et les porcs”. Les djihadistes d’aujourd’hui font ordinairement référence aux juifs comme étant des singes et des porcs, cette idée trouve sa source dans le Coran 2:63-66; 5:59-60; et 7:166. Le premier dépeint Allah disant aux juifs qui ont “profané le Sabbath” : “Soyez comme des singes méprisables!” Et ensuite le passage continue en disant que “ceux qui sont maudits servent d’exemple pour leur génération et pour les générations à venir.” Traditionnellement dans la théologie islamique ces passages ont été considérés comme ne s’appliquant pas à tous les juifs. Ibn Abbas dit que ceux qui « ont violé la sainteté du Sabbath ont été changés en singes, ensuite, ils ont péri sans descendance.” D’autres, néanmoins, comme le théologien islamique Ibn Qutaiba, s’accordent à dire que les singes d’aujourd’hui sont les descendants de ces mêmes juifs qui ont violé le Sabbath.

C’est de nos jours très largement utilisé comme une métaphore pour la corruption des juifs, même pour les rabaisser au rang de bêtes. Mahomet lui-même commença de la sorte quand il s’adressa aux juifs de la tribu de Qurayzah tribe, qu’il était sur le point de  massacrer, comme  “vous frères de singes.” Aujourd’hui le grand Sheikh de Al-Azhar, Muhammad Sayyid Tantawi, appelle les juifs  “les ennemis de Allah, les descendants des singes et des porcs.” Le  Sheikh saoudien Abd Al-Rahman Al-Sudayyis, l’ imam de la mosquée principale de La Mecque, la mosquée de Al-Haraam ,s’étend sur le sujet, en disant dans un sermon que les juifs sont “la lie de la race humaine, les rats de ce monde, les violateurs des pactes et des accords, les meurtriers des prophètes, et les descendants des porcs et des singes.” Un autre Sheikh saoudien, Ba’d bin Abdallah Al-Ajameh Al-Ghamidi, fit ce rapprochement explicite: “le comportement actuel des frères des porcs et des singes, leur trahison, leur violation des traits, et leur profanation des lieux sacrés,, est en rapport avec les oeuvres de leurs ancêtres Durant la période initiale de l’Islam — ce qui prouve la grande similarité entre les juifs vivant à l’heure actuelle et les juifs qui vivaient à l’aube de l’Islam.” Plus d’informations là-dessus pour les Anglophones dans cette excellente étude par le Middle East Media Research Institute (MEMRI).

Le Verset 67 est lui aussi un verset de réprimande, décrivant les israëlites réagissant avec un esprit de rebellion hautaine aux commandements d’Allah, donné par Moïse, de sacrifier une vache (d’où le titre de la sourate). Ici nous voyons que les juifs sont endurcis (v. 74) et finalement maudits par  Allah (v. 89). Cette malédiction et ses implications, ainsi que les autres thèmes menant au  verset 140 de la deuxième sourate, nous les examinerons la semaine prochaine.

Ici vous pouvez trouver le reste de la série en anglais. Ici un bonne version du Coran en  Arabe, avec une traduction en anglais disponible, ici deux traditions musulmanes populaires en anglais, celles de  Abdullah Yusuf Ali et de Mohammed Marmaduke Pickthall, avec une troisième de M. H. Shakir. Ici une autre traduction populaire en anglais, celle de Muhammad Asad. And ici un recueil de 10 traductions du Coran.)

Pour finir, pour les francophones, une version en ligne du Coran pour vérifier toutes ces références.

Texte original en anglais écrit par Robert Spencer, sur le site www.jihadwatch.org le 18Juin 2007

Traduit en français et adapté pour le public francophone par Antoine Martin.( Aka avraidire.) pour le site www.avraidire.eu le 09 Mars 2010

20 Comments

Filed under Bloguer le Coran, Islam, Robert Spencer