Tag Archives: tunisie

Maroc : Des dérapages perpétrés lors de la manifestation de dimanche

Des jeunes marocains ont participé dimanche à la marche de protestation dans plusieurs grandes villes du Maroc, répondant à l’appel lancé par le mouvement Jeunesse du Facebook.

Manifestations du 20 fevrier au Maroc

Manifestations du 20 fevrier au Maroc

Selon les correspondants de l’agence de presse marocaine MAP, des dérapages isolés ont été perpétrés par des fauteurs de troubles à Marrakech, Larache, Tétouan et Al Hoceima, où des établissements, services et biens publics et privés ont subi des dégâts causés par des incendies et des jets de pierre.

A Al-Hoceima (nord-est du Maroc), la police a dû faire usage de gaz lacrymogènes contre des villageois venus des alentours qui jetaient des pierres contre un commissariat et ont incendié des voitures, après la dispersion de la manifestation.

A Marrakech (318 km au sud de Rabat), un groupe de plusieurs dizaines de personnes a attaqué des magasins, un restaurant McDonalds et endommagé un édifice public ainsi qu’une agence de distribution d’eau et d’électricité. Des incidents similaires se sont produits à Larache et Tétouan.

A Fès (220km à l’est de Rabat) et à Sefrou, une ville voisine, des accrochages entre manifestants et policiers se sont déroulés dimanche, après la dispersion par la police d’une manifestation réclamant des changements politiques au Maroc. On ne signalait toutefois pas de victimes dans la soirée.

Leave a comment

Filed under Actualités, Articles

"JOUR DE COLÈRE" – Le vent de révolte atteint la Libye

Des opposants au régime de Muammar Kadhafi ont lancé un appel à manifester en Libye ce jeudi, qu’ils ont proclamé “jour de colère”, dans l’espoir d’imiter les révolutions en Tunisie et en Égypte, deux pays voisins. Des organisations de défense des droits de l’homme ont cependant mis en garde contre le risque d’une féroce répression de la part des forces de sécurité dans un pays peu habitué à l’expression du mécontentement populaire.

D’après des témoins et des médias libyens, plusieurs centaines de personnes ont déjà affronté la police et des partisans de Muammar Kadhafi dans la nuit de mardi à mercredi à Benghazi, la deuxième ville du pays située à un millier de kilomètres à l’est de Tripoli. Ces émeutes ont été déclenchées par l’arrestation d’un militant des droits de l’homme. Selon la chaîne de télévision Al Jazeera, ainsi que des messages diffusés sur Facebook, deux personnes ont été tuées lors de manifestations à Al-Baïda, à l’est de Benghazi. Cette information n’a pu être vérifiée. Mercredi soir, il était impossible de joindre le moindre témoin à Benghazi en raison de la rupture apparente des liaisons téléphoniques. Des appels à manifester ont été diffusés par des militants anonymes sur des réseaux sociaux sur Internet, comme Facebook et Twitter. On ignore dans quelle mesure ils seront suivis d’effets.

2 Comments

Filed under Actualités, Articles, événements, video

Tunisie:attention à l'Islamisation![video]

http://www.dailymotion.com/swf/video/xgpc89?width=560&theme=none&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FFC300&background=%23171D1B&start=&animatedTitle=&iframe=0&additionalInfos=0&autoPlay=0&hideInfos=0
Tunisie : “attention à l’islamisation”
Uploaded by Europe1fr. – News videos hot off the press.

Fadela Amara appelle la France à être vigilante sur la montée de l’islamisme en Tunisie.

2 Comments

Filed under Actualités, Islam, video

Vague de protestations au Yemen

La capitale Sanaa a été le théâtre de quatre manifestations distinctes pour exiger le départ du gouvernement.

Inspirées par ‘la révolution du Jasmin’ qui a conduit à la fuite de Zine El Abidine Ben Ali en Tunisie, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Sanaa pour réclamer le départ du président, Ali Abdallah Saleh.

Manifestations en faveur d'un changement de régime

Contrairement aux précédentes manifestations la police n’a pas dispersé les rassemblements.

De son côté, le Congrès populaire général au pouvoir, a organisé quatre contre manifestations qui ont mobilisé des milliers de personnes.

Les mouvements de protestation se sont multipliés ces derniers jours au Yémen, un pays en proie à la pauvreté et au chômage.

L’opposition accuse, entre autres, le président Ali Saleh de vouloir se faire succédé par son fils.

Face à une pression populaire grandissante, le président Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, a décidé d’augmenter les salaires des militaires, sans parvenir à convaincre la rue.

la suite sur bbc afrique

1 Comment

Filed under Actualités

Trois morts dans des manifestations en Egypte

Trois Egyptiens, dont un policier, sont morts mardi lors de manifestations qui se sont déroulées dans plusieurs villes du pays pour réclamer la fin du régime du président Hosni Moubarak, a-t-on appris de sources proches des services médicaux et de sécurité.

Trois morts dans des manifestations en Egypte

Deux corps ont été déposés à l’hôpital de Suez avec des blessures causées par des balles en caoutchouc, dit-on de source médicale.

La télévision nationale a rapporté qu’un policier était mort dans le centre du Caire où des milliers de personnes s’étaient rassemblées et se sont heurtées à la police.

Un responsable au ministère de l’Intérieur a dit ne disposer d’aucune information sur les morts à Suez, ajoutant qu’il se renseignait.

Selon une source médicale, une soixantaine de personnes ont été indisposées à Suez par l’inhalation de gaz lacrymogènes.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés en plusieurs endroits du pays, notamment au Caire, à Alexandrie, dans le nord, et à Suez, ville située à l’extrémité sud du canal.

S’inspirant de la révolte populaire qui a chassé du pouvoir le président tunisien Zine ben Ali, des milliers d’opposants égyptiens étaient descendus mardi dans les rues.

Cette rare démonstration de force contre le régime du président Hosni Moubarak, qui ne l’avait pas préalablement autorisée, avait été baptisée “jour de colère” par ses organisateurs, des activistes actifs sur internet.   Suite sur le site Reuters

1 Comment

Filed under Actualités, Articles

Tunisie:porte ouverte aux islamistes

Attention, danger ! Rached Ghannouchi est une sorte de Khomeiny tunisien qui, installé à Londres, attendait patiemment son heure, et il semble croire qu’elle est enfin venue. Il faut se souvenir qu’avant la chute du Shah, l’Iran était aussi une société moderne et laïque.

Rached Ghannouchi


Le chef du mouvement islamiste Ennahda compte rentrer en Tunisie

Rached Ghannouchi, chef d’un mouvement islamiste interdit en Tunisie, a exprimé samedi l’intention de revenir dans son pays après la chute de Zine Ben Ali.
Le chef de file du mouvement Ennahda, qui signifie Renaissance, vit en exil à Londres et il compte revenir dans un délai de quelques jours.
“Je vais revenir très bientôt”, a-t-il dit à Reuters dans une interview téléphonique. “Je n’ai pas encore décidé quand, mais probablement dans les jours à venir.”
Les autorités tunisiennes ont interdit le mouvement Ennahda au début des années 1990 en l’accusant de fomenter un coup d’Etat contre le régime laïque de Zine Ben Ali, au pouvoir depuis 1987.
Cette organisation affirme qu’elle est non violente et elle se juge victime de la répression du gouvernement Ben Ali à l’égard de tous ses opposants.
“Les raisons qui m’ont contraint à partir n’existent plus. La dictature est tombée”, a poursuivi Rached Ghannouchi, en allusion au départ de Zine Ben Ali vendredi après un mois de contestation dans la rue.
“Plus rien ne m’empêche de revenir dans mon pays après 22 ans d’exil”, a-t-il dit.
Plusieurs centaines de partisans du mouvement Ennahda ont été traduits en justice dans les années 1990 et de nombreux autres ont fui à l’étranger. En décembre dernier, un tribunal tunisien a encore infligé des peines de prison à sept hommes jugés coupables de se concerter pour tenter de relancer le mouvement.
Cette situation semble désormais révolue. Le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, chargé de former un nouveau gouvernement après le départ de Ben Ali, a autorisé les opposants en exil à rentrer dans leur pays.
La Tunisie entretient une pratique laïque du pouvoir depuis son indépendance de la France en 1956 et aucun dirigeant islamiste n’y a vraiment émergé, contrairement à d’autres pays de la région comme l’Algérie et l’Egypte.
Il est difficile d’évaluer le soutien aux mouvements islamistes en Tunisie car leurs partisans ont eu tendance à cacher leurs opinions sous le régime de Ben Ali.

trouvé sur Bivouac-ID

Lire la suite sur l’Express

9 Comments

Filed under Actualités, Articles, Islam

Interview de Ftouh Souhail, avocat tunisien, sur la revolution tunisienne

Drzz.fr : Ftouh Souhail, vous êtes avocat, représentant d’avocat sans frontières pour la Tunisie, et vous vivez à Tunis, vous écrivez également pour Drzz.fr. La question qui est sur toutes les lèvres est celle de la menace intégriste. Les islamistes représentent ils une force politique crédible, sont ils capable de terroriser les prochains dirigeants du pays, et imposer, à terme, la Charia ?

Images d'emeutes dans les rues de Tunis

Ftouh Souhail : La question des islamistes est très présente aujourd’hui en Tunisie après la chute de Ben Ali. Le mouvement islamique va respirer de nouveau dans le pays. Le chef en exil du mouvement tunisien Ennahda, Rachid Ghannouchi, prévoit de retourner dans quelques semaines dans le pays. Ghannouchi qui est en exil à Londres depuis 1989, a ordonné que des responsables de son mouvement, dont le parti est interdit, de négocier des accords avec des partis laïques tunisiens comme le Parti Démocratique Progressiste et le Parti Communiste Ouvrier.

La protestation en cours en Tunisie, qui a balayé le régime du président Zine El Abidine Ben Ali, est de nature à ouvrir la voie vers l’islamisation de la vie politique. Les leaders islamistes, ceux du mouvement intégriste Ennahda, comptent réviser le statut de la femme parce qu’il est parmi les plus avancés du monde arabo-musulman. Il est possible aussi qu’ils obtiennent une autorisation pour travailler dans le pays.

Bien que les tunisiens se soient débarrassés d’un régime considéré comme mafieux, ils risquent de se retrouver avec un Parti Religieux qui tentera de convaincre la population tunisienne que l’islam politique est une meilleure alternative contre la corruption du clan Ben Ali.

Il faut ici noter que Ben Ali a joué un grand rôle dans la coopération, dans la lutte contre le terrorisme, et la montée des intégrismes. En contrepartie, il a réussi à obtenir le silence de l’Occident sur plusieurs affaires de corruption. La famille élargie du président était fréquemment présentée comme le carrefour de la corruption en Tunisie.

Drzz.fr : Quel est l’état de l’opposition ? Écrasée par Ben Ali, elle est peu organisée, peu structurée, et elle n’a pas de programme. Y a t-il des figures emblématiques ? De quelle tendance se réclament t-elles : libérales et progressives, ou socialistes ?

FS : Au lendemain de cette journée historique du 14 janvier qui a débouché sur la fuite du président Zine El Abidine Ben Ali, le camp des démocrates et des militants des droits de l’homme reste très affaibli. Le régime de Ben Ali a, durant des années, dévoré la société civile, et il a basé sa légitimité sur une pratique systématique de brutalité politique et sécuritaire, en totale violation des libertés fondamentales.

Les partis politiques d’opposition reconnus dans le pays sont tous des « partis cartons » comme on dit ici : Le Parti des Verts pour le Progrès (PVP, écologiste), le Parti Social-Libéral (PSL, libéral), le Parti de l’Unité Populaire (PUP, panarabiste, socialiste) et le Mouvement Ettajdid (gauche laïque).

Le seul parti réellement indépendant en Tunisie est le Parti démocrate progressiste (PDP).

Sauf que ce parti de gauche a noué une alliance avec la mouvance islamiste. De plus leurs prises de positions anti-israéliennes et antisémites sont constamment relayées dans les différents médias arabes, et en l’occurrence par la sulfureuse Al jazeera Qatari. Je l’ai déjà décrit comme un parti fasciste parce qu’il voulait empêcher le pèlerinage juif en Tunisie.

Drzz.fr : L’armée, la police, obéissent à qui, à quels groupes ? Sont ils complices de la corruption ? Vont ils protéger les familles corrompues ?

FS: La chute brutale du régime de Ben Ali a fait tomber le pays dans un vide sécuritaire total. Seul l’armée tunisienne est, en ce moment, disciplinée. Le Chef d’état-major, Rachid Ammar, tente en ce moment de mettre de l’ordre dans le pays.

Le Ministère Tunisien de l’Intérieur et la police ont presque totalement perdu le pouvoir. Des graves divisons ont apparu dans l’appareil sécuritaire entre le clan encore fidèle à Ben Ali, et un clan hostile au dictateur.

L’armée a été déployée pour la première fois dans la capitale, pour mettre fin aux troubles, aux pillages et aux agressions contre les personnes et les biens qui se sont produits et qui continuent de se produire sur tout le territoire national. Les violences meurtrières ont fait plus de cent morts depuis quatre semaines.

Le plus grave est que certains membres des forces de sécurité sont complices des vols et pillages des commerces. Selon les témoignages d’habitants, des miliciens du parti au pouvoir, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), ont pris part à ces actes criminels. Les attaques de supermarchés se sont multipliées ces derniers jours. Plusieurs magasins des enseignes françaises Carrefour et Casino sont victimes de destructions et pillages menées par des bandes encagoulées, liés aux proches du président en fuite.

Ce samedi matin, à la sortie nord de Tunis, l’hypermarché Géant a été pillé après avoir été attaqué et partiellement incendié, la veille. Selon un photographe de l’AFP, des dizaines de personnes sortaient du centre commercial, en emportant tout ce qui leur tombait sous la main, en l’absence de tout représentant des forces de l’ordre. Ce samedi soir, un calme précaire règne dans les rues de la capitale, après des nuits marquées par des actes de vandalisme.

la suite sur le site Drzz.fr

2 Comments

Filed under Actualités, Articles, événements, Islam